search
top

6 pièges à consommateurs

 

 

Magasiner n’est pas une mince affaire…

Même lorsqu’on fait nos devoirs de consommateur averti, évaluant les coûts cachés, distinguant vaillamment entre les besoins et les envies (quelles soient réelles ou passagères). On aura beau veiller au grain pour les bonnes affaires, il arrive qu’on se fasse malgré tout avoir.

 

Et si certains pièges semblent évidents, d’autres le sont beaucoup moins!

 

Avec le temps des fêtes qui approche, une période qui peut impliquer un grand nombre d’achats et où la date limite est non-négociable, on a pensé vous offrir une liste de pièges à consommateurs à éviter. Prenez cela comme un cadeau avant l’heure!

 

Voici donc 6 pièges à éviter avant, pendant et après le temps des fêtes.

 

1 – Les certificat-cadeaux, cartes pré-payées et autres bons d’achats

Les certificats cadeau et cartes pré-payées viennent sous de multiples formes, mais restent au fond équivalents: Vous pré-achetez de la marchandise ou un service en payant à l’avance. Et on vous remet un bon échangeable dans le futur. C’est un peu comme prêter de l’argent au marchand à un taux d’intérêt de 0%… chose qui, vu sous cet angle, est un peu moins intéressant!

 

Lorsque vous achetez un certificat cadeau, ou une carte de membre, vous entrez dans une relation à long terme avec un marchand. Comme rien n’est éternel, vaut mieux limiter la durée de cette relation ou s’assurer de bien connaître la compagnie avec laquelle vous faites affaires avant de vous engager.  Après tout, un endroit sympathique peut arrêter de l’être, les produits et services peuvent changer, ou le marchand pourrait changer ses politiques ou tout simplement fermer boutique.

 

Les certificats de fonds de tiroirs

C’est bien connu, il y a un fort pourcentage des certificats cadeaux qui ne sont jamais utilisés. Une vraie mine d’or pour les commerçants! Perdus, oubliés, ou partiellement utilisés… on peut y perdre des sommes non-négligeables!

 

Nous-même avons encore une demi-douzaine de visites pré-payées pour un centre d’escalade… même si nous n’avons pas fait d’escalade depuis plus de 6 ans. Et qui ne s’est pas ramassé avec un certificat cadeau partiellement utilisé, dont on ne sait plus trop quoi faire? S’il ne reste que 3$ sur un certificat-cadeau dans un restaurant, on sera évidement tenté d’y retourner et d’y dépenser davantage.

 

Il faut donc se poser la question: les économies sur des dépenses supplémentaires sont-elles vraiment des économies?

 

À moins d’avoir un achat précis en tête, et de savoir que le prix de l’item convoité sera compétitif, un certificat cadeau ou un bon d’achat n’est pas nécessairement le gage d’une bonne affaire. Si on vous vend un bon d’achat à 25% de rabais chez un marchand, rien ne vous dit que la marchandise que vous convoitez n’y est pas vendue 30% plus cher qu’ailleurs!

 

Les faillites à répétition

Il y a quelques années, Mr Riche Relax étant un cinéphile enthousiaste, achetait régulièrement une carte de films prépayés dans son petit cinéma de répertoire favori. Cela permettait de sauver quelques dollars sur chaque billets, en plus d’encourager un endroit qui lui plaisait.

 

Eh bien au cours des années, cet endroit à fait faillite à plusieurs reprises. À chaque fois, on a donné un court laps de temps pour écouler les films prépayés. Souvent avec une programmation diminuée, qui fait qu’en bout de ligne, on s’est retrouvé avec une carte prépayée inutilisable… et non remboursable! Le cinéma lui à continuer d’opérer au même endroit avec de nouveaux propriétaires (on suppose!).

 

Mme Riche Relax a eu une expérience similaire avec un centre de yoga qui a soudainement déménagé à l’autre bout de la ville, ce qui l’a laissée avec des sessions prépayés, encore utilisables, mais qui impliquaient de passer plus de temps en transport que de temps dans le cours.

 

Après quelques expériences de la sorte… on s’est un peu désintéressé de ces lieux et des cartes prépayés!

 

Quoi faire pour diminuer les risques ?

 

Vous voulez donner un certificat cadeau?

Il ne faut pas oublier que lorsque vous offrez un certificat cadeau, le fait que la personne l’utilise ou non n’a pas d’impact sur votre budget, ni le sien! Le receveur peut bien décider d’éviter de faire une dépense supplémentaire si la carte cadeau ne couvre pas le coût total de l’achat convoité ou de dépenser le montant excédentaire. Mais dans tous les cas, vous êtes potentiellement en train de faire un cadeau au marchand plutôt qu’à votre proche.

 

Voici quelques alternatives pour éviter de piège:

  1. Donner de l’argent (c’est simple mais efficace)
  2. Donner à une cause au nom de la personne (assurez-vous que la cause lui tient a coeur!)
  3. Oser demander à la personne ce qu’elle veut vraiment
  4. Ou si vous y tenez… assurez-vous que le certificat cadeau est pour un magasin que la personne fréquente régulièrement.

 

Es si vous recevez un certificat cadeau?

Voyez le un peu comme une dette sociale! Comme il y a un risque que le certificat termine son existence au fond d’un tiroir, vaut mieux se dépêcher à l’utiliser, et en profiter pour remercier la personne qui vous l’a offert une deuxième fois en lui faisant part de votre achat!

 

Et pour ceux qui n’ont pas peur d’être parfaitement honnête, si ce cadeau ne vous convient pas, vous pouvez toujours le dire…question d’éviter d’accumuler des certificats cadeaux année après année.

 

 

2 – Les cartes de fidélisation

Il y a plusieurs type de cartes et programmes qui vous permettent d’accumuler des points et obtenir des remises en argent, des rabais, ou des produits et services.

 

Nous incluons dans cette catégorie:

  • Les cartes de fidélisation des grandes chaînes (Canadian Tire, Maxi, Tim Hortons, etc…)
  • Les cartes de crédit qui peuvent leur être associées
  • Les cartes à points affiliés à plusieurs marchands (AirMiles etc…)

 

Il faut bien être conscient que tous ces programmes, sous prétexte de vous récompenser ou vous faire économiser, sont optimisés pour vous amener à dépenser davantage chez les commerçant participants. Il faut donc bien prendre garde que ces cartes ne vous amènent pas à dépenser davantage tout court! Car même si on prends en compte les points obtenus, il faut être conscient, qu’être rattaché à un fournisseur en particulier est loin de garantir les meilleurs prix.

 

Tous les programmes ne sont pas égaux, et certains peuvent en valoir la peine. Chez les Riche Relax, on est bien content de notre carte d’épicerie qui, pour le moment, nous permet de réaliser de bonnes économies. Mais les cartes ne sont pas toutes ce qu’elles semblent être, et les pièges peuvent être extrêmement pernicieux!

 

  • Les points peuvent expirer;
  • Les points peuvent ne pas s’accumuler comme promis;
  • Les récompenses qui peuvent être obtenues peuvent changer dans le temps
  • Les prix des récompenses proposées peuvent être artificiellement gonflés
  • L’émetteur peut cesser ses opérations
  • La valeur des points peut être dérisoire (soit moins de 1%, ce que la plupart des cartes de crédit vous offrent en remise d’argent de base).

 

Et ces pièges peuvent se présenter seuls… ou en groupe!

 

Le cas AirMiles

Malgré un revirement de dernière minute plus favorable, les détenteurs de cartes AirMiles sont maintenant bien au courant des pièges tendus par les cartes de fidélisation.

 

L’émetteur des cartes AirMiles a informé, en 2011, ses membres que les points auraient dorénavant une date d’expiration de 5 ans, donc des points vont commencer à disparaître au 31 décembre 2016. Quel beau cadeau pour le temps de fêtes: surprises vous n’avez plus de points! Pour un cas isolé ça peut être un peu fâchant, mais cette mauvaise surprise est arrivée à bien d’autres programmes de récompenses, dont le programme populaire de points pour voyager Aéroplan il y a de ça quelques années. Et vous vous ditez, 5 ans c’est quand même un pré-avis raisonnable.

 

Mais le piège ne s’arrête pas là. En plus de cet échéancier surprise, AirMiles restreint comment les points voués à disparaître peuvent être utilisées. Impossible d’échanger ces points contre des certificats-cadeaux, seuls les nouveaux points peuvent être utilisés de cette manière. Une décision qui prive ses membres des récompenses les plus payantes et les plus faciles d’utilisation.

 

En plus, même si vous êtes au courant de tous des changements au niveau de votre carte de fidélisation, pour avoir accès à ce type de nouveaux points, il faut aller en ligne pour changer ses préférences. Un moment d’inattention et plusieurs mois voir années de points peuvent se retrouver inutilisable pour vos besoins. Pour les membres qui sont moins habiles avec les technologies, ceci peut aussi présenter une importante barrière.

 

Pire encore,  plusieurs consommateurs semblent avoir eu des problèmes à accéder aux récompenses qui convoitaient, dès qu’ils ont eu assez de points pour se les offrir. Exemple, vous avez 100 000 points, on vous montre une récompense intéressante à 150 000 points. Votre beau-frère en a 200 000, il pourrait peut-être l’acheter? Mais voilà, cette récompense ne lui est pas accessible! Chez AirMiles, on confirme que les récompenses disponibles sont différentes d’un utilisateur à l’autre…. Eh ben!

La cerise sur le gâteau, selon le journal la presse, plusieurs personnes tentant d’échanger leur points de récompense contre des voyages apparemment se butent à l’impossibilité de parler au personnel pour échanger leur points et ce à 2 mois de l’échéance finale.

 

Revirement de dernière minute…

Avec tout juste un mois à faire avant que les premiers points arrivent à échéance, AirMiles, devant la hargne populaire, et les recours collectifs qui s’organisent, a annoncé que les points qui expiraient, n’expireraient plus….

 

Bon, c’est trop récent pour savoir quel sera le mot final, mais on sait déjà que les gens s’étant précipités pour échanger, in extremis, leur points contre des récompenses ne pourront faire annuler ces échanges à la lumière de cette nouvelle décision. On peut donc supposer que plusieurs personnes se retrouvent avec un grille-pain (ou autre machin) qu’ils ne désiraient pas vraiment, mais qui était la seule récompense qu’ils pouvaient s’offrir.

 

Que voulez-vous, même ici, on n’est pas dans un conte de fée

 

Sources: 

 

 

La leçon à tirer

Toutes ces dépenses, coupons, et analyses des pourcentages de retour sur des achats peuvent au final se retrouver inutiles si les points accumulés ne peuvent être échangés… Peut-être auriez-vous magasiné ailleurs s’il n’y avait pas eu un système de fidélisation.

 

Mais trop tard, ils ont votre argent, et ils peuvent bien décider à leur guise que demain vos points ne vaudront plus rien. Peut-être faut-il y réfléchir à deux fois avant de prendre part à un programme de fidélisation si votre plan c’est de récolter le gros lot dans 10 ans! Surtout si entre temps vous devez dépenser plus pour obtenir vos points !

 

Comment éviter de tomber dans un tel piège?

  1. Ne jamais acheter quelque chose dont vous n’avez pas réellement besoin dans le but d’accumuler des points.
  2. Ne jamais être trop fidèle envers un magasin. Permettez-vous de vérifier si ce n’est pas moins cher d’aller ailleurs.
  3. Utiliser vos points accumulés au fur et à mesure question de ne pas voir une petite fortune en points disparaître du jour au lendemain.
  4. Bien évaluer les programmes de récompenses, leur conditions, et les récompenses disponibles avant d’y adhérer!
  5. Privilégier des programmes qui ne changeront pas vous habitudes de consommation (c’est déjà un lieu que vous fréquentez!).

 

D’un point de vue anecdotique, jusqu’à maintenant, à chaque fois que nous avons regardé pour obtenir de la marchandise via un programme de récompenses, les valeur des objets étaient fortement gonflée, ce qui réduit grandement la valeur réelle des points accumulés!

 

Paradoxalement, un type de récompense qui peut être intéressant sont les bons d’achats. Si un programme de récompense vous permet d’obtenir des bons d’achats pour des marchands que vous fréquentez déjà (quincaillerie, épicerie, cinéma ou autre), selon notre expérience personnelle, ce sont souvent les récompenses qui demandent le moins de points, et qui ont une valeur réelle plus grande. Mais dans ce cas, on vient de combiner 2 pièges pour consommateurs! Pas étonnant que ce soit facile d’obtenir des bons d’achats !

 

 

3 – Les achats groupés

Plusieurs sites internet se présentent comme étant des portails de bonnes affaires pour les consommateurs. L’idée de base étant qu’une promesse d’achat de plusieurs consommateurs augmente le pouvoir de négociation, et permettrait d’obtenir un meilleur prix. Peut-être avez-vous récemment entendu parler d’un tel groupe qui a defrayé la manchette récemment pour une achat groupé de véhicules électriques?

 

Toujours est-il que plusieurs sites populaires se réclame de ce concept pour nous proposer toutes sortes de produits, et services à rabais (On pense ici aux sites de type Groupon, Tuango, etc…)

 

On retrouve principalement deux sortes d’offres sur ces sites :

  • Des produits disparates (brosses à dents, écouteurs, draps de lits, aspirateurs et j’en passe). Les descriptions sont souvent sommaires, et la qualité est impossible à connaître à l’avance. Ici la méfiance est de mise !
  • Des offres de services, et des rabais pour restaurants, commerce ou hôtels.

 

Même si la deuxième catégorie semble plus facile à vérifier (20$ de rabais sur un souper ?). On peut quand même rencontrer des surprises.

Le restaurant à la qualité changeante

Il y avait un restaurant où les Riche Relax avaient grandement apprécié un brunch, pris au hasard lors d’une balade en ville. Un peu plus cher que nos restaurants habituels, mais délicieux.

 

Nous étions donc contents de voir passer un rabais sur un site d’achat groupé. Quelque mois plus tard, nous y sommes retournés, coupon en main. Mais voilà, l’administration avait changé et la qualité des plats et du service avait diminuée, mais pas les prix! Tant pis pour le brunch si délicieux espéré! On a eu de plaisir, oui, mais  on en retient que même lorsque l’on pense contrôler tous les paramètres du rabais, on peut être déçu…

Et si le marchand ferme boutique ?

Ici il faut avoir fait ses devoirs avant. Certains sites offrent une remise de fond, mais c’est loin d’être le cas pour tous. Vous pourriez bien vous retrouver le bec à l’eau! Vaut mieux utiliser dès que possibles vos achats, question d’éviter que le commerçant ne soit plus en affaires lorsque viendra le temps de faire valoir vos coupons d’achats prépayés.

 

Comment éviter la tentation?

Le pire c’est que plus on passe de temps sur ces sites, à rechercher une bonne affaire, plus on se crée des envies! Donc à moins d’avoir des besoins immédiats à combler, vaut mieux tout simplement ne pas trop flâner sur ces sites. Nous ne sommes pas à l’abri des ces tentations, mais on y cède le moins souvent possible. Il existe de vrais rabais qu’il est possible de dénicher, mais ils sont beaucoup plus difficiles à trouver que l’on ne pourrait le croire. Et à moins d’être très efficace, lucide, et patient, il ne faudrait pas être surpris que même ceux qui se croient très malins ne réalisent en bout de ligne que de fausses économies…

 

Une bonne façon de limiter les dépenses et mauvaises expériences, chez les Riche Relax, on se limite à un achat à la fois. Un prochain achat ne peut être effectué qu’après avoir utilisé le bon d’achat précédent. Ainsi, si on tarde à l’utiliser, au moins on n’accumule pas les sommes investies qui risquent de se perdre!

 

 

4-Le rabais qui n’en est pas un

Récemment pour le vendredi fou (Black Friday), une amie nous a confiée avoir vu un lit annoncé en vente pour son enfant. Elle a vérifié le prix actuel du lit chez le même marchand… et ce prix était inférieur!

 

Que ce soit les boutiques où les vêtements sont perpétuellement en vente, ou les rabais annoncés en grande pompe dans les circulaires, absolument rien nous assure que ce sont réellement de bons prix. Vaut mieux toujours vérifier avant d’acheter! Le fait de prendre son temps avant d’acheter est un bon mécanisme pour se prémunir contre ces faux rabais. Si vous surveillez le prix d’un article dans le temps, vous avez de meilleures chances de pouvoir vous le procurer moins cher en fin de saison ou usagé à un prix difficile à battre.

 

 

5 – Le faux luxe

En dehors des pointes saisonnières, on peut obtenir de bons prix pour des billets d’avion et des hôtels (les fameux tout inclût) dans des destinations soleil. Mais, lors de faibles périodes d’achalandage, la qualité des menus et la quantité de services peuvent être grandement réduits aussi.

On vous vend donc du luxe au prix de l’économique… mais sans le luxe!

6 – Des faux surplus d’entrepôt…

Il est bien tentant d’aller visiter les magasins entrepôts de notre marque favorite. Les prix étant souvent fortement réduits. Mais ces magasins entrepôts sont devenus beaucoup plus qu’un simple endroit pour écouler les surplus. Certaines grandes marques, vu la popularité de ces magasins, se sont mises à fabriquer pour ces magasins des versions de moindre qualité que ce qui est disponible dans leurs boutiques du centre-ville. Donc au final, on vous vend des produits qui valent moins cher, pour moins cher.

 

Comment éviter les pièges en trois questions

Évidemment, la meilleure protection contre les faux rabais, c’est de limiter au minimum le nombre d’achats. Si vous consommez peu, vous réglez bien de problèmes à la source. Vous ne serez pas tentés de surconsommer pour aller chercher de fausses économies sous forme de rabais ou de points. Prépayer pour des services semblera moins intéressant si vous n’envisagez pas de faire une grande quantité d’achats récurrents.

 

Mais si vous êtes, comme tout membre de la race humaine, sensible au marketing, vous pouvez en plus vous armer des trois questions suivantes :

  • Pourquoi est-ce que je consomme?
  • Pourquoi est-ce qu’on m’offre ce rabais?
  • Qui contrôle les modalités de l’offre?

 

Pourquoi est-ce que je consomme?

Répondre honnêtement à cette question peut vous aider à déterminer rapidement si vous consommez pour combler un réel besoin, pour vous faire plaisir ou simplement pour accéder à un rabais supplémentaire. Dans le dernier des trois cas, il vaut probablement mieux passer outre ou du moins prendre le temps pour s’assurer que l’économie en vaut bien le coût!

 

Cette réflexion peut aussi aider à déterminer si ça vaut la peine de payer un premium pour la qualité ou limiter les coûts pour un bien qui aura une utilité passagère. Il n,y a rien  de mal à acheter un item dans un magasin un dollar si vous prévoyez en faire un usage unique.

 

Prendre une minute pour penser avant de sortir la carte de crédit est très payant puisque la plupart des ruses du marketing misent sur le fait qu’on consomme par défaut.

 

Pourquoi est-ce qu’on m’offre ce rabais?

Ici, un peu de scepticisme se justifie bien. Pourquoi prendre pour acquis que les commerçants offrent des rabais tout simplement pour faire plaisir? N’est pas plus réaliste de prendre pour acquis que leurs promotions sont pensées pour maximiser leurs profits? Un article est à rabais pour une raison, il ne se vend pas comme prévu?Est-ce qu’il est de moins bonne qualité, est-ce qu’il est près de sa date de péremption, est-ce qu’il est endommagé? Parfois ces incertitudes sont suffisantes pour nous convaincre de ne pas consommer lorsqu’il s’agit d’un achat motivé principalement par un prix qui semble alléchant.

 

Un prix trop beau pour être vrai est pour nous comme un signal d’alarme!

 

Qui contrôle les modalités du rabais?

Ceci est un enjeu important pour tout rabais qui implique une relation à plus long terme avec un commerçant. Dans tous ces cas le temps joue contre vous. Tout peut changer dans le temps et vous êtes rarement aux commandes. Les compagnies de cartes à points peuvent changer la nature du contrat avec leurs membres comme ils le veulent (ou presque), les commerçants peuvent changer d’administration ou tout simplement disparaître ou encore vous pouvez ne plus avoir besoin des biens ou services prépayés. Pour les Riche Relax, le rabais doit être assez important pour compenser pour le risque associé au temps qui passe.

 

 

Ouf, après cette longue liste de piège pour consommateurs, on espère que ces quelques trucs vous aiderons dans votre magasinage des fêtes!

On vous souhaite du succès dans cette entreprise périlleuse! Et si vous croisez des pièges à consommateurs flagrants, faites-nous en part!

Bon magasinage, et joyeux temps des fêtes!

 

 

2 Responses to “6 pièges à consommateurs”

  1. Mr Jack dit :

    Dans le rayon des achats groupés et des rabais des restaurants qui n’en sont pas… mes derniers achats « groupés » (ça fait déjà plusieurs années de ça), c’étaient souvent pour des restaurants où on offrait un forfait style table d’hôte.. mais ce forfait n’existait pas. Ils le créent de toute pièce pour le rabais et la qualité/quantité sont discutables. Je me souviens en particulier d’un forfait 3 fondues dans un restaurant « suisse » de Québec. Le rabais semblait fabuleux, mais finalement on en a eu pour notre argent, pas plus, ce qui signifie que c’était très décevant parce qu’on avait pas payé cher. Notamment, dans la fondue au fromage, ils nous ont servi de l’emmental, mais je pense qu’ils ont surtout mis les trous.

    J’ai abandonné toutes les cartes de fidélité pour la simple raison que je suis infidèle (sauf à la SAQ, mais c’est un mariage forcé, bien que souvent consommé: je lui ai offert ma main, mais mon coeur bat pour une autre), et je n’ai pas vraiment d’habitudes de consommation.

    • Un autre bon exemple en effet de comment on peut se faire avoir !

      J’ai pas mal abandonné ce genre de site à rabais. Même si j’ai eu quelques bonnes expériences (entre autre pour des nuits d’hôtel pas cher).

      Pour les cartes de fidélité, on est pas mal juste avec l’épicerie, comme on habite proche, c’est là qu’on irait de toute façon, et on sauve quand même pas mal (5-10%) sans vraiment avoir a changer nos habitudes.

      Sinon je n’ai même pas regardé pour la SAQ. Faut dire qu’on boit peu, et que j’ai un 23 litres de cidre à embouteiller cette semaine 🙂

top