search
top

Budget versus réalité – Mars 2017

 

25% de l’année,  30% du budget dépensé!

On n’a donc pas encore rattrapé le manque à gagner causé par les grandes dépenses de janvier, mais les choses vont dans le bon sens.

 

Malgré ces dépenses, notre total de dépenses de janvier à mars 2017 est moins élevé que pour la même période en 2015, une année avec un bilan de dépenses similaire au budget prévu pour cette année. Nous avons dépensé très exactement 9 521.26$ depuis le 1er janvier 2017, alors que nous avons déboursé 10 618.78$ en 2015.

 

Ce qui est particulièrement intéressant dans cette comparaison des débuts d’année 2015 à 2017, c’est au niveau de la répartition des dépenses. Le fait d’économiser, voir éliminer certains postes de dépenses, nous permet d’absorber le coût de certaines dépenses importantes et de se payer des luxes qui apportent plus à notre bonheur que l’achat impromptu d’un film ou d’un livre (qu’on ne consommera fort probablement qu’une seule fois), qu’une visite de la femme de ménage ou qu’une sortie de routine au restaurant.

 

 

 

Avec quelques petits changements à notre mode de vie, nous avons réussi à dégager plus de 30% de notre budget pour des dépenses autres. Bien sûr, il faut toujours faire des choix, mais ça libère beaucoup d’argent pour faire de meilleurs choix!

 

On voit encore plus clairement les choix que nous avons faits quand on regarde quels postes de dépenses dépassent le montant qui leur seraient alloués si on dépensait de manière absolument (mais absurdement) linéaire.

 

 

Si on traduit l’information du graphique, on pourrait dire que nous avons fait le choix de dépenser plus sur notre santé (épicerie, pharmacie et soins dentaires), sur nos proches (dons et cadeaux) et sur les projets qui nous tiennent à cœur, dont ce blog!

 

C’est un constat qui nous semble bien en ligne avec nos priorités.

 

Nous avons même, sans vraiment y penser, réussi à dépenser moins au mois de mars qu’en 2016!

 

Alors la moyenne mobile baisse aussi, youpi! Bon, c’est une baisse de quelques dollars mais on se donne quand même le droit de célébrer. Il faut bien continuer de célébrer les petites victoires, puisque les grandes baisses dans les dépenses comme on a vécues en 2015, début 2016, se feront plus rares avec un budget qui converge vers une optimisation encore plus complète. La ligne de tendance le montre bien. 2015 a été une année marquée par une forte baisse dans les dépenses alors que les dépenses en 2016 ont été plutôt stables avec une légère baisse pour passer juste en dessous de la ligne des 2000$ par mois.

 

 

Cette baisse de moyenne mobile rapporte la prévision pour l’année en deçà de 28 000$, mais il ne faut pas oublier qu’il reste encore des mois dispendieux, malgré nous, à venir. Le deuxième versement pour les impôts fonciers et l’assurance auto vont venir gonfler la facture en avril et mai et qui sait ce que nous réserve notre premier été à la retraite en famille!

 

Et vous, est-ce que les économies que vous faites tendent à perdurer dans le temps, ou votre budget a-t-il tendance à revenir à la hausse malgré vos efforts?

 

10 Responses to “Budget versus réalité – Mars 2017”

  1. David dit :

    Bonjour,
    En vous lisant je me fais la réflexion que mon ordi portable est proche de sa fin de vie!
    Va falloir que je renouvelle, mais bon, je vais voir des les circuits alternatifs ce que je trouve.
    (lbc, je suis moyennement inspiré, mais les boutiques de vente d’occasion, je vais jeter un oeil)

    • J’ai heureusement l’impression que l’on a moins besoin de changer souvent d’ordinateur qu’à une autre époque.

      Mais cela reste des dépenses importantes. Je suis curieux de voir ce que cela va donner lorsque j’aurai à gérer la flotte informatique quand les enfants seront en âge de les utiliser!

      • David dit :

        Oui et non.
        Auparavant, pour suivre le marché, il fallait changer tout les 6 mois.
        Mais comme certains changeaient régulièrement, il y avais pas mal d’occasion/déchets de bonne qualité en circulation.

        Actuellement que l’évolution technique à ralenti, les ordis jeté sont souvent soit ancien, soit fortement délabré.
        Donc la récup devient plus compliqués! 😉

        • C’est vrai que le marché de l’usagé à également changé.

          Mais je dois avouer que j’achète mes ordinateurs neufs la plupart du temps. Pas nécessairement le plus économique, je sais!

          Mais heureusement, je les étires sur une longue période de temps!

  2. Mr. Jack dit :

    Je suis en mode planification d’une réduction future d’une partie de mes dépenses. J’ai préféré garder la femme de ménage et d’autres dépenses du genre qui seront éliminés après, alors j’ai en quelque sorte deux budgets, mais je dirais que la tendance est bonne.

    • Pas une mauvaise idée.

      Est-ce que vous planifiez une bonne marge de manoeuvre?

      Par exemple au cas ou vous réaliseriez que finalement vous préférez garder une femme de ménage, même une fois à la retraite?

      • Mr. Jack dit :

        J’ai une certaine marge de manoeuvre. Le taux de retrait initial est semi-conservateur (autour de 3.5% sur une base de 22k) et je viserais d’augmenter mes dépenses légèrement plus vite que l’inflation si tout se passe bien, ce que permet théoriquement un taux initial plus bas que 4%. Les chiffres détaillés sur mon nouveau blog (jour 97), si intéressé 🙂 (qui m’a d’ailleurs été inspiré par votre compteur de 100 jours!)

        J’ai aussi un peu de latitude avec le budget de 22k$: ça inclut l’amortissement d’une voiture plus chère que ce que j’achèterai dans le futur, j’ai laissé les dépenses liées au ménage, déneigement et autres que je vais (parce que j’aurai + de temps) ou qui seraient faciles (parce que non nécessaires) de couper. Mon « 2ième » budget, plus serré, est réduit à environ 18k$. La réalité va sans doute être à l’intérieur de cette fourchette, et en partie ajustés en fonction des rendements réels, surtout les 1ères années, cruciales.

        Les chiffres sont pour ma partie des dépenses, Mlle Jennie elle ne veut pas quitter le travail prochainement, mais comme j’ai eu un salaire significativement plus élevé que le sien, on est restés avec l’entente implicite que je payais seul tous les frais reliés à l’auto et je veux continuer à le faire, donc l’auto est un poste important du budget.

        • On a tous bien hâte de voir ce que nous réservent les premières années. Question de se conforter un peu dans nos choix!

          C’est bien de se garder une bonne marge. Surtout que si tout va bien, cela augmente ne fait qu’élargir les choix pour le futur.

          Félicitation pour votre nouveau blog!

          Sinon côté voiture, la notre devrait encore être bonne plusieurs années, mais je suis très curieux de voir ce qui va advenir avec le marché automobile dans les prochaines années.

          Avec Tesla sur le point d’introduire la modèle 3, et les promesses de conduite autonome… cela a le potentiel de changer la vision habituelle de la voiture!

  3. Salut RR,

    Pour nous, le budget est déjà très optimisé. Alors, quand on fait une réduction additionnelle, ça ne dure normallement pas très longtemps. Je pense qu’on a atteint un « plancher ».

    Les graphiques utilisés dans l’article proviennent de MS Excel? Ils sont très beaux!

    Le jour « J » approche! Êtes-vous fébriles?

    • C’est sur qu’un moment donné on atteint un budget assez incompressible. Ou chaque économie finit par être de plus en plus petite et l’effort plus grand…

      Les graphiques sont effectivement fait avec Excel. Merci!

      Sinon on a hâte au Jour J, mais on a un mois très occuppé, on a même passé une semaine à l’extérieur pour le travail de Mme Riche Relax, on a donc eu moins de temps pour le blogue.

      Ça va faire du bien de relaxer un brin. Ou du moins d’avoir le travail en moins pour pouvoir faire tout ce qu’on a à faire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top