search
top

L’avenir appartient à ceux qui CELI tôt!

 

Un CELI, qu’es-ce que ça mange en hiver? Es-ce que c’est parent avec le Yeti?

 

Pour ceux qui ne le savent pas, il n’y a rien de mystérieux au CELI. Ce n’est qu’une abréviation pour Compte d’Épargne Libre d’Impôt. Une initiative mis en place en 2009 pour inciter les Canadiens à économiser et faire fructifier leurs économies à l’abris de l’impôt.

 

Alors chers écureuils, profitons-en!

Ecureuil_Yeti

Pour tous les menus détails, vous pouvez consulter le site de l’Agence du Revenu du Canada. Ici, on préfère se concentrer sur comment tous ces détails se traduisent en dollars dans vos poches et comment la simple résolution de contribuer en début d’année peut avoir un impact insoupçonné sur le solde de votre compte à long terme.

 

 

Raison #1 pour contribuer tôt : Parce que, une fois que c’est fait, c’est fait!

Si vous mettez votre argent dans votre compte CELI dès la première journée de l’année vous risquez moins de dépenser cet argent avant de faire le transfert. Si vous avez fait, en début de chaque année, le maximum des contributions permises depuis 2009 et que vous continuez sur votre lancé, en prenant pour acquis que la limite de 5500$ par année restera en vigueur, vous aurez, à la fin de l’année 2025, accumulé 96 000$.

 

C’est mieux que de rien mettre de côté, mais si votre argent dort dans un compte CELI, comme dans un bas de laine, vous ne profitez pas des réels avantages du CELI, soit de sauver les impôts sur les revenus d’investissement. Comme l’argent contribué a déjà été imposé, ce qui n’est pas le cas pour le REER, un tout autre animal financier, il faut accumuler des intérêts, dividendes ou gains capitaux pour sauver de l’impôt.

 

Autrement dit, si vous aviez mis de côté les mêmes montants hors CELI vous auriez exactement le même total au bout du compte.

 

Si seulement j’avais un dollar pour chaque fois que j’ai entendu :

Oui j’ai des investissements, j’ai déposé mon argent dans un CELI!

Le CELI n’est qu’un contenant…pas un investissement!

 

 

Alors investissez!

Prenons pour acquis que vous investissez les fonds dans votre CELI en bourse et que vous faites 5% de retour annuellement sur vos placements. Pour calculer l’impact de l’impôt, nous utilisons le taux marginal d’imposition* pour ceux ayant un revenu taxable entre 45 282$ et 84 780$, soit un taux d’imposition de 24.90%.

 

Selon ce scénario, si vous aviez transféré les fonds à chaque début d’année depuis 2009 et que vous restez assidu jusqu’en 2025, vous aurez en banque 152 658$. Soit 56,658$ de plus qui si vous n’aviez pas investi (152 658$ – 96 000$) et $17 033$ de plus (152 658$ – 135 625$) que si vous aviez fait les mêmes investissements hors CELI!

 

WOW! Plus de 17 000$ comme récompense pour avoir simplement choisi le bon contenant pour tenir votre argent!

 

Et n’oublions pas, ce 17000$ supplémentaire se retrouve dans votre CELI, donc tout les gain supplémentaires d’investissements de ces 17000$ seront eux aussi libre d’impôt!

 

Mais pourquoi en début d’année si vous êtes capable de résister au désir de dépenser les sommes?

Parce qu’en attendant vous perdez une année d’abri d’impôts!

Ça peut sembler bien peu sur le court terme mais sur le long terme ça parait.

 

Si vous investissez hors CELI en début janvier, mais que vous cotisez au CELI le plein montant seulement fin décembre, de 2009 à 2025, le total de vos deux comptes sera moins élevé de 2361$. Ceci équivaut au montant sauvé en impôt grâce aux avantages du CELI. Et ces avantages ne feront que croître avec les années!

 

Si comme les Riche Relaxe, vous faites vos contributions par internet ou téléphone, ça prends 5 minutes ou 85 minutes sur 17 ans. Voici un geste qui raporte presque 1667$ de l’heure! C’est bien payé, pour ne pas procrastiner!

 

 

Vous contribuiez depuis 2009 à chaque fin décembre, mais la présente lecture vous incite à agir différemment?

Félicitations!

En devançant vos transferts début janvier vous réduirez les dommages à votre CELI, dûs à la contributions tardive, à 3 810$ (au lieu de 12 769$), pour accéder en 2025 à un CELI contenant la somme respectable de 148 847$.

 

 

Il n’est jamais trop tard pour commencer sur le bon pied!

Pour ceux et celles qui ont un passé moins écureuil, il n’est jamais trop tard pour commencer!

 

Si vous n’avez jamais contribué au CELI et que vous avez les sommes requises pour reprendre le temps perdu, allez-y gaiement, rien de vous en empêche. Vous pourriez en date d’aujourd’hui contribuer 46 500$ d’un seul coup.

 

Si vous suivez nos conseils, et continuez à contribuer jusqu’en 2025 le montant maximum au début de chaque mois de janvier, et que vous vous assurez de placer ce argent pour qu’il fructifie, vous aurez droit, fin 2025, à un CELI bien rempli de 139 422$ belles noisettes! Ce qui surpasse largement le 96 000$ de ceux qui auront auront été assidus dans leur contributions au CELI mais sans placer leur argent pour le faire fructifier.

 

Comme quoi il y a moyen pour tous de profiter!

 

 

Et si la leçon ne tient pas?

Vous partez du bon pied, en renflouant les coffres en début 2016, mais vous tombez, vous frappez la tête et souffrez d’une amnésie-CELI jusqu’en 2025? Vous aurez tout de même 127 719$ qui vous attendront à votre réveil si vous rattrapez les contributions manquées en début 2025. C’est mieux que 96 000$ mais 24 939$ de moins que le scénario optimal!

 

 

En conclusion…

Voici les chiffres en format tableau pour ceux qui sont plus visuel.

Nous souhaitons vous avoir convainçu que l’avenir appartient vraiment à ceux qui CELI tôt!

 

CELItot_tableau

 

 

Notez que nous ne sommes pas des professionels en finance!

 

Nous avons fait ces calculs au meilleur de nos connaissances pour satisfaire notre curiosité. Il nous fait plaisir de partager nos chiffres mais nous vous incitons à faire vos propres calculs avec vos propres hypothèses.

 

 

*Le taux marginal utilisé est une moyenne des taux d’imposition pour les revenus en intérêts, en dividendes et en gains capitaux pour ceux ayant un revenu taxable entre 45 282$ et 84 780$ en 2016 et ce, légèrement majoré, pour compenser pour l’incertitude des taux d’imposition futurs. Autrement dit, c’est une estimation! Vous pouvez trouver les taux d’imposition marginaux sur le site anglais TaxTips.ca. Je vous dirigerais vers le site de Revenu Québec mais les informations sont moins bien présentées, il faut faire plusieurs différentes pages pour avoir les différents taux qui s’appliquent!

 

 

7 Responses to “L’avenir appartient à ceux qui CELI tôt!”

  1. BarbeRiche dit :

    Le CELI est tellement intéressant! Ça simplifie beaucoup de ne pas devoir suivre tous les achats/vente/taux de change/dividendes pour fins d’imposition.

    Pour une retraite anticipée, c’est aussi intéressant car on n’a pas à tenir en compte un taux d’imposition futur fictif pour planifier nos retraits/cashflow.

    N’ayant plus d’espace de cotisation dans nos deux comptes celi, nous nous sommes tournés vers le régime enregistré d’épargne-études (REEE) qui offre aussi des avantages très intéressants pour ceux qui sont parents. À 8 mois, notre jeune bambin est déjà plus riche que moi-même à 25ans..!

    • C’est vrai que la planification de retraite implique gérer différents comptes avec leur contraites: Normal, CELI, REER, CRI.

      La bonne nouvelle c’est qu’avec des dépenses faibles, même le retrait d’un REER ne devrait pas coûter trop cher en termes de taxes!

      De notre côté, c’est sûr que le projet de retraite anticipée nécessite une certaine réserve en argent. Alors on rempli également CELI-REER-REEE.

      Pour le REEE pour le moment on côtise le maximum pour lequel le gouvernement participe aussi (2500$ par année je crois). Est-ce que vous déposez davantage que ce montant ?

  2. BarbeRiche dit :

    Pour l’instant nous avons côtisé 2500$ aussi. Par contre, si les cotisations maximales reer/celi sont déjà atteintes, je crois qu’il serait bon de déposer disons 3333$ pendant 15 ans et profiter du plafond de 50 000$ (même si il ne faut que 36 000$ pour atteindre la contribution maximale du gouvernement). Comme tu sais déjà, cet argent fructifira à l’abri de l’impôt.

  3. Pour moi la priorité c’est dans l’ordre :
    – REEE (30% de cadeau wow)
    – REER (plus on baisse le revenu familial, plus on reçoit de subventions et profiter du % cadeau donné par l’employeur)
    – CELI

    • C’est certain que si on doit faire des choix entre ces 3 options, cela vaut la peine de calculer. En tenant compte bien évidemment de si on pense avoir besoin d’accéder à cet argent avant notre retraite. (Le CELI étant plus accessible).

      Avec la côtisation employeur (Pour ceux qui ont cette chance!) et le crédit d’impôt, le REER peut être le plus payant! Mais moins accessible malheureusement en cas de besoin.

      Ca simplifie beaucoup les choses si on réussit à tout remplir 🙂 Pas besoin de se poser trop de question =)

  4. BarbeRiche dit :

    On y arrive pour l’instant mais voyons voir si les situations d’emploi le permettront dans le futur.

top