search
top

Comment économiser sur l’épicerie

 

En 2013, la facture d’épicerie moyenne Canadienne était de 822$ par mois pour une famille de deux adultes. Tel que mentionné dans notre budget 2015, la famille Riche Relaxe a réduit sa facture d’épicerie qui était de 445$ par mois, pour les sept premiers mois de l’année, à 317$ par mois pour la période d’août à décembre. Soit une réduction de 28.8% sur une facture qui était déjà largement en deçà de la moyenne nationale de 2013!

 

Comment est-ce possible malgré les augmentations importantes des denrées alimentaires?

On s’est justement posé cette question et voici les résultats de notre réflexion.

 

Pouce vert, portefeuille vert

Mme Riche Relaxe adore jardiner! Elle n’est pas une experte mais elle aime bien jouer dans la terre, voir les choses pousser, récolter et déguster de beaux légumes frais. Au cours des dix dernières années, elle est passée d’un plant de tomate misérable et son compagnon radis immangeable, poussées sur notre balcon d’appartement, à un potager de 400pi.ca. qui fournit une bonne partie de nos légumes en été. À chaque année de nouveaux apprentissages, de nouveaux goûts et en prime nous n’avons plus de gazon à tondre!

Ecureuil_KiosqueJardin

M RR transforme le tout et s’assure qu’on ne perde rien. Quand on fait pousser soi-même on est plus gêné de gaspiller. Tout d’un coup on se met à cuisiner des feuilles de radis ou de navet, on fait un excellent pesto avec les feuilles de carottes et on découvre la subtilité des fleurs comestibles. On mange frais, santé, local, quasi-bio et on remplace des visites à l’épicerie par des excursions à la cour pour aller chercher ce qu’il faut pour faire une salade tomate et basilic accompagné de Mojito maison.

 

J’en ai l’eau à la bouche, juste à y penser!

 

Achetez en saison

Pas de place pour un potager? Achetez en saison et faites des conserves! Vous aurez de meilleurs prix et vos aliments seront plus nutritifs.

 

À chaque année nous prenons une journée pour faire de la sauce tomate maison avec des amis. On en fait une belle tradition qui combine plaisir et efficacité. Cette année nous avons en trois heures, à quatre (plus Mini RR), transformé 90lbs de tomates en 18L de sauce tomate, sans compter les contenants de tomates en dés et les portions de pâte tomate congelées en glaçon. Pour environ 10$ par adulte, nous avons notre sauce tomates, nos tomates en dés et notre pâte de tomate pour l’année!

 

Cette année, on se propose d’acheter nos piments doux en fin de saison, les couper et les congeler en lanières. Avec les piments à 4,49$ la livre en épicerie aujourd’hui, je suis certaine qu’on peut faire mieux, tout en sauvant du temps quand le goût d’une bonne pizza maison nous prend…ce qui arrive assez souvent chez nous.

 

Achetez bon marché, et non au marché

Nous avions pris une habitude, ma foi assez agréable, d’aller au marché public la fin de semaine pour acheter quelques items. Au début, c’était une belle excuse pour prendre une marche, passer du temps ensemble et se payer un petit luxe. Mais, comme toute chose contribuant à notre plaisir, sans trop s’en rendre compte, on s’y est habitué! Voilà qu’on achetait notre viande et même nos légumes à fort prix en plus des fromages fins, les bières de micro-brasserie etc…sous le prétexte qu’on sauvait du temps en faisant moins d’arrêts et que de toute façon c’était surement de meilleur qualité.

 

Avec l’arrivé de Mini RR, nous nous sommes rendus compte que nous n’avions plus le temps pour ces escapades au marché et qu’en conséquence notre portefeuille s’en portait mieux! Nous faisons notre épicerie au supermarché et nous fréquentons une boucherie locale qui offre des viandes d’excellente qualité sans avoir à payer un prémium pour l’ambiance du marché. On attribue une bonne partie de la réduction dans nos dépenses à ce petit changement dans nos habitudes.

 

La carte de fidélisation

Encore une carte à points? C’était la première réaction de Mme Riche Relaxe devant une promotion d’épicerie. Mais, comme l’épicerie c’est un de nos plus gros postes de dépenses, elle s’est dit qu’elle ne perdait rien à essayer. Alors, passe la carte à chaque visite à l’épicerie et…rien! Pas de points, jusqu’à ce qu’une gentille caissière lui demande :

Est-ce que vous téléchargez vos offres en ligne le jeudi?

Uh, non?

Il faut aller sur le site pour mettre les offres sur la carte.

Ah!

Mme RR est partie en se disant que c’est trop de trouble mais, quelques semaines plus tard, avec comme prétexte que ça servait de recherche pour le blogue, elle a suivi les indications de la caissière et voilà, des offres personnalisées sur des produits qu’on achète régulièrement! Pas juste des rabais sur des produits sur lesquels le magasin fait plus de marge ou qui sont à veille de passer date. Pas de faux rabais sur des produits à plein prix, qui, malgré les points, sont tout de même plus dispendieux que lorsqu’ils sont en saison ou réellement en vente. Bon, il y a un peu de ça, mais en achetant des ingrédients au lieu de produits transformés on évite la majeure partie de ces attrapes.

 

Alors Mme RR, qui aime maximiser une bonne affaire, s’est mise à l’œuvre. Les jeudis elle télécharge ces offres et planifie les repas en conséquence de ce qui est bon marché. Elle en fait un jeu et prend plaisir à essayer de deviner quel sera la promotion de la semaine suivante.

 

Le plus payant?

C’est les offres qui donnent 10% en points par tranche de 100$ d’épicerie acheté. Évidemment, plus votre total est proche d’un multiple du montant, plus vous profitez. Mme RR a remarqué que cette offre, dans notre cas, revient environ une fois par mois alors elle tient une liste de produits non-périssables que nous n’avons pas besoin immédiatement, mais qui vaudraient la peine d’être achetés à 10% de rabais. Pas bête, non?

 

Et quand nous avons accumulé l’équivalent de 20$ en points on n’a qu’à signaler à la caisse qu’on veut les utiliser pour payer une partie de la facture et le tour est joué! Au cours des 3 derniers mois nous avons déjà accumulé plus de 90$ en points et ce malgré la phase d’expérimentation. Ce qui équivaut à plus de 10% d’économie!

 

Mais quel est cette carte?

C’est la carte PC Plus offerte par Loblaws et compagnie (Provigo, Maxi, No Frills). Elle est disponible gratuitement en magasin et est sans frais. D’autres épiceries en ont des similaires mais nous n’avons testé que celle-ci.

On tient à signaler que nous ne recevons pas de redevances de Loblaws. Ceci est notre opinion honnête et elle n’est pas biaisée par un échange d’argent ou d’autre faveur.

 

Carte de crédit

Comme l’épicerie représente une bonne partie de nos dépenses, nous avons fait des démarches pour trouver une carte de crédit qui offre une remise en argent à un taux plus élevé pour les dépenses faites au supermaché. Par le passé, nous utilisions la carte de crédit Remise en argent MasterCard RBC, une carte sans frais annuels qui offre 2% sur l’épicerie et 1% de remise sur les autres dépenses courantes. C’est déjà pas mal mais, suite aux recherches de M RR, nous avons adopté la carte Smart Cash World de MBNA qui offre 5% de remise en argent sur l’essence et l’épicerie pour les 6 premiers mois et ensuite offre des avantages similaires à la carte RBC.

 

Acheter en gros, parfois c’est juste trop!

Oui, nous achetons quelques items en gros format: les légumineuses, le riz, la farine, le café et le chocolat!  On achète en gros, mais attention, nous n’achetons pas tout en gros! Nous ne sommes même pas membre d’un magasin style-Costco. On préfère aller à notre distributeur alimentaire local (Aubut) qui nous charge aucun frais d’adhésion. Pensez-y, si acheter en grand format vous sauve 5% sur vos achats mais qu’on vous charge 40$ pour avoir accès à ce ‘privilège’, il faut que vous achetiez pour au moins 800$ juste pour récupérer ces frais! Il est certain que pour nous ça ne vaut pas le coût, ni le détour en voiture (essence etc…) alors qu’on fait, sinon, toute notre épicerie à pied.

 

En achetant juste ce qu’il nous faut on mange plus frais, plus souvent et on évite le gaspillage, un vrai fléau au Canada où 40% de la nourriture produite se retrouve aux poubelles. En grande partie dû à la mauvaise planification des consommateurs, mais aggravé par les dates d’utilisation optimales (on est loin ici de la réelle date de péremption) qui sont affichés pour inciter les consommateurs à renouveller certains produits plus souvent! Une des nombreuses pratiques de marketing qu’il faut ignorer ou banir comme c’est le cas, pour cette dernière, en France.

 

Mais revenons à nos moutons…

 

Comment a-t-on sauvé presque 30% sur notre épicerie dans les 6 derniers mois?

  • 10% limitant nos achats prémium au marché;
  • 10% carte de fidélisation;
  • 5% optimisant nos achats selon les ventes et limitant le gaspillage;
  • 3% carte de crédit.

 

N’oubliez pas que nous n’avons pas sacrifié ni qualité, ni quantité! Même que pendant la même période nous avons diminué substantiellement nos sorties au restaurant et nos visites à la cafétéria sur l’heure du midi.

 

Si votre facture s’approche plus de celle de la moyenne Canadienne à 822$ par mois pour deux adultes, il est fort à parier que vous pourriez faire des économies considérable en :

  • achetant des ingrédients au lieu de produits transformés;
  • planifiant mieux, pour gaspiller moins;
  • mangeant moins de viande (vive le burger-végé!).

 

Calcul rapide

Si vous réduisez votre facture de 800$ à 325$ par mois, vous sauvez 475$ par mois, 5 700$ par année.

Investi, sur 10 ans, ça fait 71 694$!

 

Vous êtes sceptiques? Allez, tentez l’expérience pour vous-même. Videz votre frigo, sauvez des aliments qui risquent de se perdre, achetez juste ce qu’il vous faut, inspirez-vous des milliers de recettes délicieuses en ligne et passez une belle semaine gastromique ET économique!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top