search
top

Efficience (ou déficience) des marchés financiers

 

Dans le but d’arriver bien préparé pour notre future discussion sur les diverses stratégies d’investissement, nous voulions d’abord nous pencher, sur les grandes notions très importantes de profil de risque et d’efficience des marchés.

Une bonne compréhension de sa position personnelle face à ces deux paramètres vient informer les réponses à des questions qui sinon peuvent paraître bien mystérieuses, complexes, ou pire, sans importance.

 

Obligations, actions ou argent comptant?

Investir pour la croissance ou pour la valeur?

Investissements diversifiés ou ciblés?

Gestion active ou passive?

 

Si vous avez lu notre article À vos risques et profils vous avez fort déjà une bonne idée de votre position face au risque… Mais qu’en est-il de votre position quant à l’efficience des marchés?

 

Rassurez-vous, si vous n’avez jamais entendu ce terme, vous n’êtes pas tout seul!

 

L’efficience des marchés financiers est un sujet traité seulement dans les cours de gestion de portefeuille, souvent au niveau de la maîtrise! Pourtant il nous semble que tous auraient intérêt à connaître cette théorie…

 

Ici nous ne voulons pas vous convaincre d’adopter au mot cette théorie, mais plutôt de formuler votre propre opinion au sujet de sa validité et de sa pertinence. Et ce dans le contexte économique actuel… Et futur!

 

Vous verrez, l’exercice est fort instructif!

 

 

Qu’est-ce que c’est l’efficience des marchés?

 

L’efficience du marché financier (Efficient Market Hypothesis – EMH) est un concept qui a été proposé en 1970 par l’économiste Eugene Fama. On y définit un marché parfaitement efficient comme étant un marché qui reflète parfaitement, et en tout temps, toutes les informations à son sujet. Dans un tel marché, Fama propose qu’il est impossible d’obtenir un rendement supérieur à celui du marché dans son ensemble.

 

Peu importe votre formation, votre méthode d’analyse ou la qualité de votre pif, vous n’arriverez pas à battre le marché. Car le prix des actifs reflète parfaitement toutes les informations existantes à leur sujet. Vous ne pouvez donc vous baser sur aucune de vos connaissance, ni effectuer aucune recherche qui vous permettrait de penser que le prix d’un achat va monter plus qu’un autre, car ces connaissances sont déjà prise en compte dans le prix!

 

Dans un premier temps, notre cœur optimiste ne veut pas y croire. Sûrement on peut ‘battre le marché’! Il y a après tout en bourse des bons et moins bons achats, non?

 

Oui, bien sûr, mais pensez-y bien. Si les moins bons achats coûtent moins cher, alors vous payez le juste prix pour ce que vous achetez. Au final, au niveau qualité-prix (risque-prix si vous préférez) tout est comparable! Pour un même niveau de risque, tous les titres sont créés égaux.

 

Mais si j’achète quand le prix est bas et que je vends quand le prix est haut?

Ici, vous essayez de trouver un moment propice pour acheter quelque chose de qualité avant que les autres ne le fassent. Mais si le marché est parfaitement efficient, les informations disponibles à tous sont reflétées instantanément dans le prix. Alors vous n’aurez jamais un avantage sur les autres acheteurs. Si le prix monte, c’est qu’il y a une nouvelle information et alors la valeur de votre investissement ne fait que s’ajuster pour refléter sa valeur fondamentale, alors les chances que vous puissiez en profiter sont minces.

 

Et si j’ai une information privilégiée, que le reste des investisseurs n’ont pas?

Oh, là vous parlez possiblement d’un délit d’initié! C’est contre la loi, mais si les marchés étaient parfaitement efficients la loi n’aurait même pas besoin de s’en mêler, puisque même les informations privées influenceraient immédiatement le prix, éliminant ainsi tout avantage indu.

 

Alors, on y revient, dans un marché parfaitement efficient il serait impossible de battre le marché!

 

C’est même une affirmation qui a été validée dans une certaine mesure, par Eugene Fama de concert avec Kenneth French, en 2012 en démontrant que le rendement des fonds Américains n’est pas corrélé avec le niveau de compétence (l’alpha, pour ceux qui connaissant le terme) de leur gestionnaire. Dit autrement: si tous les gestionnaires de fonds faisaient des choix arbitraires, la distribution des rendements serait similaire à celle des fonds actuellement en bourse.

 

Pourtant, il existe des Warren Buffett dans ce beau monde!

Et des délits d’initiés ont rendu certains individus riches, du moins avant qu’on ne les incarcère.

 

Alors le débat continue…et depuis 1970, les interprétations et critiques multiples ont décliné l’efficience des marchés selon trois niveaux : faible, semi-forte et forte.

 

  • Dans le cas d’une efficience faible, le prix des titres reflète toute l’information déjà rendue disponible au public.

 

  • L’efficience semi-forte propose que les prix reflètent non seulement l’information historiquement disponible au public mais que les prix s’ajustent instantanément à toute nouvelle information disponible.

 

  • Finalement, l’efficience forte ajoute que les prix reflètent toute l’information, qu’elle soit publique ou non.

 

 

Alors est-ce que les marchés sont efficients?

C’est bel et bien la question qui tue! Est-ce que vous croyez que le marché boursier, d’obligations, de propriétés etc…est efficient? Un peu, beaucoup, pas du tout?

 

Après tout c’est votre opinion qui compte. Si vous ne vous cachez pas la tête dans le sable quand vient de temps de discuter finance, vous devez avoir une opinion à cet égard. C’est cet avis qui devrait informer vos choix d’investissements.

 

Parfois pour se faire une tête c’est plus simple de se demander ce que chaque hypothèse implique. Question de simplifier la discussion nous allons se concentrer sur les marchés boursiers. Mais la même réflexion peut se faire pour tout autre marché (les maisons, les cartes de hockey, les voitures d’occasions), et elle pourrait donner lieu à des opinions différentes selon la nature des actifs en question…

 

Ceci dit, allons-y!

 

Si vous croyez que les marchés sont efficients selon la forme forte

  • Vous ne pourrez assurément pas battre le marché, peu importe ce que vous savez ou ce que vous faites comme investissement.
  • Pour un même niveau de risque, tous les investissements se valent.
  • Le marché se comporte de manière aléatoire, en réaction aux nouvelles informations qui sont parfaitement imprévisibles…Puisque ceux qui sont prévisibles font déjà partie du calcul du prix des titres.

 

Alors dans ce cas, le choix est facile. Vous vous résignez à investir dans des fonds indiciels diversifiés avec une gestion passive.

Cette stratégie limite les risques associés au comportement aléatoire du marché puisque votre argent n’est pas concentré à une seule place. La gestion passive, et surtout les faibles frais de gestion qui vont de pair, réduisent au minimum les sommes que vous aurez à débourser pour la gestion de votre portefeuille. Une bonne chose puisque, de tout façon, dans un tel marché, une gestion plus active de vos actifs ne contribue aucunement à améliorer leur rendement.

 

Si vous croyez que les marchés sont efficients selon la forme semi-forte

Tout ce qui a déjà été dit est vrai, mais…si vous avez accès à une information réellement privilégiée, il y aurait moyen de battre le marché! C’est une petite ouverture vers le profit que la loi s’occupe de fermer bien vite. Peu sont ceux qui n’ont pas entendu parler des scandales d’ENRON, Martha Stewart ou Michael Milken.

Alors or revient à la case de départ, avec un choix assez simple d’investissement dans des fonds indiciels diversifiés.

 

Si vous croyez que les marchés sont efficients selon la forme faible

Vous pouvez essayer de convertir l’information en argent!

Si vous êtes en mesure de suivre les nouvelles, d’analyser les états financiers et d’investir en conséquence avant toutes les autres personnes, compagnies, machines d’apprentissage automatisées qui essayent de faire la même chose…tant mieux! C’est ce qu’on appelle l’analyse de la valeur fondamentale. Une analyse qui, selon bien des gestionnaires de portefeuille, permettrait de dénicher les titres qui sont sur ou sous-évalués par le marché.

 

C’est en quelque sorte le secret de Warren Buffett et sa compagnie Berkshire Hathaway. Leur équipe, par contre, pousse l’analyse de la valeur fondamentale bien plus loin. Ils lisent toute la documentation des compagnies dans lesquelles ils veulent investir, ils visitent leurs installations, ils rencontrent les gestionnaires et recommandent même parfois de les remplacer, etc, etc, etc… Essentiellement ils passent les passent leurs opérations au peigne fin…ultrafin.

 

Est-ce que vous êtes en mesure d’en faire autant? Peut-être. Si oui, vous pouvez considérer une stratégie d’investissement plus ciblée. En investissant vous-mêmes dans des compagnies spécifiques vous évitez complètement les frais de gestion, puisque vous êtes votre propre gestionnaire de portefeuille.

 

Si ce type d’activité fait votre bonheur, vous pouvez vous y investir pleinement. Nous avons des connaissances qui font exactement cela. Mais pour la majorité d’entre nous, qui préférons passer notre temps libre à poursuivre d’autres activités, courir après des bons achats en bourse peut être pénible!

 

Il faut aussi souligner que Warren Buffett lui-même recommande à la population en général d’investir dans des fonds indiciels, comme quoi il reconnait que ce qu’il fait n’est pas pour le commun des mortels.

 

On devrait d’ailleurs connaître à la fin de 2017 le résultat d’un pari de 1 million de dollars fait par Warren Buffett avec la société de gestion Protégé Partners LLC. Le pari est le suivant: Est-ce que cette société pourra battre un fond indiciel passif basé sur le S&P 500, avec une sélection de 5 hedge fund gérés de façon active.

 

Pour le moment Buffet est en tête. Avec un gain après 9 ans de 85.4%. Les fonds concurrents selectionnés par la firme ont fait en moyenne 22% pour la même période. Le meilleur ayant fait 62,8% et le pire 2.9%… Ouch!

 

Vous ne croyez pas du tout dans l’efficience des marchés?

Ce n’est pas une position qui est difficile à défendre non plus! Parfois on peut se demander pourquoi le marché se comporte d’une manière ou d’une autre. La valeur du dollar Américain monte alors qu’ils impriment de l’argent à qui mieux-mieux? Une compagnie en bourse performe particulièrement bien alors qu’ils n’ont que des chiffres de ventes anecdotiques?

 

Est-ce parce qu’on n’est pas au courant de toutes les informations, ou est-ce parce qu’il y a d’autre choses qui influent sur le cours des marchés?

 

Ici rentre sur scène la finance comportementale!

 

La finance comportementale est une branche de la finance qui se tourne vers la psychologie comportementale et cognitive pour essayer de mieux comprendre ce qui motive les choix financiers irrationnels de certains individus. Après tout, nous ne sommes pas des calculateurs parfaitement rationnels (désolé M. Spock!) avec comme seul et unique but de maximiser nos avoirs. Nos émotions ont leur mot à dire!

 

La nature humaine fait en sorte que nous sommes susceptibles de tomber dans des pièges de bien des manières. Nous avons tous une aversion disproportionnée face aux pertes, un attachement injustifié face à des titres qui ont été payant par le passé et une tendance à agir différemment selon comment on prévoit utiliser les fonds contenus dans différents comptes… Alors que de l’argent c’est de l’argent.

 

Nous avons bien d’autres traits en commun quand il vient le temps d’investir, et il est intéressant de bien les comprendre… Mais est-ce que ces traits sont suffisants pour faire dévier le marché de sa course aléatoire?

 

Est-ce que nos façons de prendre des décisions financières fondamentalement humaines créent des tendances dans le marché qui sont prévisible?

Est-ce que vous êtes une des très rares personnes à avoir le don de pouvoir les prédire?

 

Si oui, vous êtes sûrement bien plus riche que les Riche Relax!

 

Ceci complète notre tour d’horizon sur l’efficience des marchés! On reviendra sur l’opinion des Riche Relax sur cette question dans les prochains articles sur les investissements!

 

Et vous, est-ce que vous êtes pour la version forte, semi-forte, faible, comportementale ou un savant mélange de tout ça?

Est-ce que votre style d’investissement concorde avec votre opinion sur ce point?

 

 

 

4 Responses to “Efficience (ou déficience) des marchés financiers”

  1. Mr Jack dit :

    Je crois en une certaine efficacité des marchés. Je crois surtout ne pas être en mesure de faire mieux, même si le marché n’est pas efficace à 100%.

    Les questions qui m’intéressent le plus dans le choix de mes investissements sont donc: quelle répartition procure le moins de volatilité (notamment, les taux de changes US/CAD et sa corrélation avec la performance boursière)? Quels choix sont optimaux fiscalement? Si au lieu de viser 4% de retrait sécuritaire, je vise 3.5%, pour réduire les chances de manque d’argent, vaut-il mieux garder la même répartition actions/obligations, ou vaut-il mieux augmenter la portion obligations?

    Je travaille fort sur ces questions ces jours-ci 🙂

    • On va être intéressé à lire vos conclusions sur le sujet!

      Et on ne pense pas être en mesure de prédire l’évolution du taux de change non plus.

      Pour plusieurs placement US on a décidé de ne pas hedger ces placements, pour nous diversifier davantage de nos placements liés à l’économie canadienne.

      Sinon, de notre côté on trouvait que 4% c’était trop élevé pour notre tolérance au risque, mais si tout se passe bien, cela ne fera qu’augmenter notre marge de manoeuvre au fil du temps.

      Mais on compte détailler notre stratégie un peu plus en détails au cours des mois qui viennent, alors on s’en reparle!

  2. Article intéressant!

    Je crois assez fermement en l’efficience des marchés. C’est pour cette raison que j’ai congédié mon courtier il y a plusieurs années. J’avais réalisé que les FNB m’offraient environ le même rendement, sans les 2% de frais de gestion. Depuis, je fais moi-même le « stock picking » et je mise sur l’analyse fondamentale pour me guider. J’essaie de faire abstraction des mouvements soudains causés par la spéculation et je compte sur le valeur d’une entreprise pour me rapporter de la croissance.

    Merci et bonne fin de journée!

    • Félicitation pour votre implication réelle dans vos investissements.

      Nous on est un peu court sur le temps avec la vie familiale, alors on mise beaucoup sur l’approche fond indiciels avec frais de gestion extrêmement bas.

      Je pense honnêtement que la plupart des gens devraient congédier leur courtier et faire comme nous pour leur investissements à long terme. Ça demande aucun effort, et les gens verraient leur économies fructifier de façon beaucoup plus rapide…

      Il faut assumer le risque, mais quand on comprend le risque, on peut facilement le gérer. Au moins on ne risque pas de voir tous nos retours mangés par les frais de gestion!

top