search
top

Et si tout le monde était Riche Relax?

 

Lorsque l’on expose notre plan de retraite anticipée, outre la surprise et les questions techniques, on reçoit souvent des félicitation et des commentaires un peu envieux devant notre futur mode de vie.

 

Mais évidemment tout le monde n’est pas aussi enthousiaste (ou diplomate), et sur le web, on entend aussi des critiques sur les choix que nous avons choisi de faire…

 

Mais j’ai été étonné par la lecture d’un article récent sur le blogue Jeune Retraité. Car, suite à sa présence dans les médias récemment, un chroniqueur financier aurait décrit son choix comme celui d’un parasite fiscal.

 

Et comme on est un peu dans le même bateau…

 

Parasitaire ?

D’un certain point de vue, c’est presque hilarant! Le système fiscal est le même pour tous, et à moins d’être ceux qui s’en foutent éperdument et ne font pas leur déclaration d’impôt (ce qui est en fait obligatoire, à moins de ne pas avoir de revenus), tout le monde maximise leur remboursement d’impôt sans autre cas de conscience.

 

Ici on ne parle pas de détournement, de fraude, ou d’évasion fiscale. Simplement de remplir, au mieux de ses connaissances, les déclarations d’impôts en profitant des crédits auxquels nous avons droit… 

 

Il faudrait peut-être que, passé un certain montant d’optimisation, le gouvernement décerne des certificats de parasite? Mais le gouvernement est plus occupé à essayer de motiver les gens à économiser via leur REER et leur CELI que l’inverse…

 

Apparemment, si nos salaires diminuent ou disparaissent, nous allons bénéficier de crédits d’impôts supplémentaires et d’une augmentation de nos prestations familiales. Mais le système est le même pour tous, cela ne prive personne, et nous avons payé largement de l’impôt par le passé, et continueront vraisemblablement d’en payer sous différentes formes! 

 

En fait, les couples où l’un des conjoints reste à la maison pour s’occuper des enfants font un calcul similaire. Est-ce que ce sont des parasites eux aussi? Ça finit par faire pas mal de monde!

 

Nous sommes des investisseurs

À strictement parler, de toute façon, sur papier, nous sommes des investisseurs. Avec une quantité importante d’argent investi en bourse, donc à risque, dans des entreprises qui emploient des millions de personnes qui font rouler l’économie, et paient des impôts (la plupart du temps, mais là on n’a pas de contrôle sur la fiscalité des entreprises). Nous sommes donc des créateurs d’emplois, qui paient de l’impôt sur la partie imposable de nos revenus et dividendes, lorsque cela est applicable… 

 

On pourrait mettre tout cet argent dans une seule entreprise et en être les propriétaires uniques, or il se trouve que la société a établi des marchés financier pour faciliter les échanges et répartir le risque… On préfère cette voie, mais au bout du compte, c’est la même chose!

 

Et comme tout cet argent investi a été gagné et économisé sur une quinzaine d’année à même nos salaires, sur lesquels nous avons payé les impôts et taxes dû, il n’y a pas de passe-droit ici non plus!

 

Et si tout le monde faisaient comme nous?

Bien sûr cette idée est parente avec une question légitime qui peut être posée en ce qui a trait à la retraite anticipée et au mode de vie frugal. Si tout le monde faisait comme nous, est-ce que l’économie s’écroulerait?

 

Mais quand on parle de ce fameux tout le monde, on parle de qui, et quand on dit faire comme nous, on parle de quoi?

 

Si les 7 milliards d’être humains vivaient comme les Riche Relax, en tant que Nord Américain, on aurait peut-être un problème d’espace et de ressources… Mais, ce serait encore pire si toute la planète se lançait dans le même mode de consommation effréné qui semble être la norme en Amérique du Nord…

 

Donc tout le monde ici serait apparemment les gens des sociétés les plus riches, qui dépensent à la limite du possible… et même plus si l’on se fie au taux d’endettement moyen! En fait, c’est exactement le type de comportement d’endettement maximal et dépenses maximales qui a entraîné la crise de 2008… Et qui nous prépare probablement la prochaine… On repassera pour le mode de vie durable!

 

Mais outre cela… Le comme nous prend ici un seul aspect: Notre optimisation monétaire et fiscale, qui nous permet de prendre notre retraite tôt. Mais on ignore tout du mode de vie et de pensées qui entoure la chose… Et dont certains gagneraient  peut-être à s’inspirer…

 

Après tout, je pourrais dire: Si tout le monde était un chroniqueur économique, il n’y aurait personne pour planter des carottes et élever les moutons et on mourraient tous de faim. Un argument rhétorique plutôt inutile!

 

L’optimisation comme mode de vie

Question d’étoffer un peu le comme nous, qui me laisse croire que si tout le monde était comme les Riche Relax, on ne serait pas si mal, voici quelques aspects de notre mode de vie et de pensée qui gagnerait à être plus largement répandu.

 

L’optimisation des ressources

Beaucoup de choses que les gens achètent sont, non seulement plutôt inutiles, elles le sont de façon non-efficiente. On le voit avec les tonnes de déchets qui s’accumulent et la pollution générée par bien des usines.

 

Chez les Riche Relax, on est tout à fait prêt à payer plus pour un objet qui va durer dans le temps. On serait donc franchement enthousiastes si on pouvait inclure le prix du cycle de vie entier dans le prix pour les objets que l’on achète. Incluant l’extraction des ressources, la récupération, en passant par la pollution et les rejets de carbone…

 

Si tout le monde était comme nous, on pourrait donc avoir les mêmes objets, pour au final moins cher. Les systèmes de productions les plus efficaces, et les moins polluants deviendraient les moins chers, et les objets dureraient plus longtemps.

 

Il y a surement des catégories de choses qui deviendraient trop cher pour justifier leur existence dans leur forme actuelle… mais ils sont déjà trop cher, c’est juste qu’on paie ce prix trop élevé de façon détournée, ou pire on le fait payer par les générations futurs.

 

L’optimisation de l’énergie

Autant que pour l’électricité que les transports, si tout le monde étaient comme nous, l’organisation urbaine se ferait d’abord et avant tout autour des transports en commun, de la marche et du vélo. Car ce sont les modes de transports que nous privilégions.

 

Les milieux de vie de proximité procurent une bien meilleure qualité de vie. On peut très bien vivre de façon urbaine, assez dense, tout en profitant de grands espaces collectifs si on réfléchit bien à la chose… et pour beaucoup moins cher en bout de ligne! Nous aurions moins de rues, elles seraient moins large, mais bien entretenues, et coûteraient beaucoup moins cher d’entretien et de déneigement. On cesserait d’envoyer des centaines de millions en essence à l’extérieur de la province, ou du pays, sans compter qu’il n’y a plus de voitures fabriquées localement! Tous les investissements pour rendre nos milieux de vie sont au contraire des dollars investis dans l’économie locale…

 

Et qui dit densité, dit moins de pieds carrés qui se perdent! Les gens auraient des maisons de tailles raisonnable, qui par le fait même, ont des besoins moindres en électricité.

 

L’optimisation du temps

Avec une organisation spatiale de meilleure qualité, on passerait collectivement moins de temps dans les transports et le traffic. Il y aurait encore plus de parcs et forêts pour profiter de la nature sans avoir à aller trop loin. Les terres agricoles les plus fertiles ne seraient pas presque tous transformés en banlieues interminables et banales.

 

Avec un mode de vie Riche Relax, on profiterait pour passer plus de temps à l’extérieur, et on passerait collectivement moins de temps devant la télé! Tous auraient plus de temps pour faire du sport, être en famille, et la santé globale de la population serait meilleure, donc beaucoup moins dispendieuse en termes de soins médicaux. On le sait bien l’obésité c’est contagieux, mais la bonne forme physique et mentale aussi!

 

Bien manger, localement. Jardiner idéalement.

Si tout le monde était comme les Riche Relax, se nourrir coûterait moins cher. Il y aurait moins de calories vides et de produits transformés, d’eau en bouteilles et de boissons gazeuses. On passerait plus de temps à cuisiner, pour nous, ou entre amis. Et plusieurs auraient un jardin, personnel ou communautaire, avec des produits frais, biologiques, et avec une empreinte de carbone positive! On favoriserait l’achat de viandes, légumes et fruits locaux, ce qui serait encore une excellente nouvelle pour l’industrie agricole, et on profiteraient de produits spécialisés délicieux comme les fromages et la bière du Québec! Ce qui ferait circuler encore plus d’argent dans l’économie locale.

 

L’éducation, une valeur en continu

Si tout le monde était comme les Riches Relax, on mettrait beaucoup d’emphase sur l’éducation. Les gens auraient à cœur de comprendre le monde, continueraient à lire, s’instruire et se former dans toutes sortes de domaines, tout au long de leur vie.

 

On aurait du plaisir à partager les connaissances, et les gens seraient moins susceptibles de se laisser tenter par les sirènes des messages facile que les politiciens de mauvaise foi, les animateurs de radio intellectuellement malhonnêtes ou les groupes extrémistes de toutes sortes envoient. Bref, moins de bullshit, plus de responsabilité sociale, et nos élus auraient à rendre compte de leur promesses et des résultats qu’ils obtiennent.

 

Les gens comprendraient également que ceux qui leur promettent la lune sans efforts sont des menteurs et assumeraient le fait que de vivre en société demande de faire des compromis.

 

Moins de temps au travail, moins de stress

Si les gens étaient comme les Riche Relax, ils auraient mis beaucoup d’énergie pour être performant dans leur domaine respectif. Ils auraient une appréciation du travail bien fait. Le milieu de travail serait un endroit pour accomplir les choses les plus utiles le plus efficacement possible. Pas de perte de temps pour se flatter l’égo ou en guerre d’influence puériles, sans compter les réunions interminables…

 

Une des raisons qui nous poussent à s’éloigner considérablement du modèle traditionnel, c’est la dégradation des milieux de travail, et l’absence de réelle de conciliation travail-famille. On a regardé la situation et on a jugé que le meilleur que l’on pouvait offrir à nos enfants était notre présence et notre temps.

 

De ce point de vue, s’il y avait plus de gens qui économisaient assez pour ne plus dépendre autant de leur emploi, les employeurs seraient obligés d’offrir de meilleurs conditions pour retenir leurs employés. Les conditions de travail seraient flexible tout au long d’une carrière et non seulement en dernier recours lorsqu’un bon employé songe à quitter! Ici on ne parle pas simplement d’argent, mais de journées moins longues et de plus de vacances.

 

Disons que lorsqu’on regarde les statistiques sur les problèmes de santé mentale reliés au stress et au travail, on préfère partir longtemps avant que cela nous arrive!

 

 

Si tout le monde étaient comme nous la vie serait plate?

Honnêtement, on a rien dit ici qui diminuerait la vie en société. Il pourrait y avoir autant de spectacles, de musique qu’à l’heure actuelle. Et je suis sûr que pratiquement tous les loisirs qui vous plaisent n’en seraient pas affectés, ou du moins pourraient être transformés légèrement pour être mieux optimisés sans en affecter leur vraie nature.

 

Les gens pourraient tout autant jouer à des jeux vidéos, ou passer leur vie sur internet. Rien n’empêcherait de voyager, de passer du temps en famille entre amis ou avec les enfants…

 

Bref, ce n’est pas le gaspillage qui crée le loisir.

 

Et l’économie?

Évidemment, certaines catégories d’emplois pourraient être affectés, voir disparaître. Le mode de consommation serait différent, mais il n’y a pas lieu de penser que les gens arrêteraient d’exister ou de dépenser pour autant.

 

Après tout, la grande force du capitalisme, c’est sa capacité d’adaptation. L’économie deviendrait optimisée autour d’autres variables, et il y aurait plein d’occasions de s’enrichir en découvrant de nouvelles façons de faire, ou en offrant des services susceptibles d’intéresser les gens. Ce n’est pas pour rien que plusieurs entreprises polluantes sont pour les normes environnementales et les bourses du carbones. Il veulent simplement que les règles soient claires, et ils vont s’organiser pour prospérer, quel que soit le cadre réglementaire.

 

En fait, même si on y allait de transformations majeures, à voir les montants consacrés à la publicité pharmaceutique, l’armement, et d’autres secteurs d’activité à l’utilité douteuse, voire négative… On pourrait simplement redistribuer les travailleurs et les montants dans d’autre secteurs de l’économie, et en réduisant le nombre d’heures par travailleur sans réduire leur salaires… On pourrait donc accomplir autant de choses utiles, et on aurait simplement quelques bombes nucléaires en moins sur la planête…

 

On pense sincèrement que l’on pourrait mieux organiser les choses pour que la vie soit semblable, mais on pourrait choisir de travailler moins (si on le souhaite), et avoir un environnement de vie plus sain et moins pollué.

 

Il y aurait peut-être moins de cadres qui peuvent se payer 5 chalets autour du monde et des vacances 5 étoiles dans les alpes 3 fois par mois… mais c’est aussi cela une vie avec un peu moins de gaspillage. Même le plus fatigué des CEO peut vivre avec 3 chalets au lieu de 5!

 

Si tout le monde faisait comme nous la terre arrêterait de tourner…

Au final, l’argument “Si tout le monde faisait comme nous…” est assez vide, et démontre surtout un manque d’imagination de la personne qui l’utilise.

 

L’être humain est plein de ressources, et cela fait des milliers d’années que l’humanité existe dans toutes sortes de contextes qui ne nécessite nullement de passer 70h par semaine dans un cubicule pour que la société fonctionne. La société de consommation à outrance est simplement une mode et les gens qui s’inquiètent de voir des gens comme nous s’en détacher me font penser à une adolescente incapable de comprendre que l’on ne s’intéresse pas au dernier boys band en vogue…

 

On a simplement des choses de mieux à faire!!!

 

 

Et vous, qu’est-ce que vous en pensez?

Est-ce que le mode de vie Riche Relax est une menace pour notre société?

 

 

7 Responses to “Et si tout le monde était Riche Relax?”

  1. Salut RR,

    Je trouve que cet article complète parfaitement bien celui que j’avais écrit sur le sujet. Bravo! D’ailleurs, quand je serai à la retraite, je dirai que je suis « investisseur » plutôt que « retraité ». C’est tellement plus noble et mieux vu! C’est vrai que j’investie dans des entreprises, qui font rouler l’économie et qui créent des emplois. 🙂

    Pour ce qui est de la phrase vide, « si tout le monde faisait comme toi.. », ça me fait également sourire. C’est comme si on disait « et si tout le monde était maigre, les restaurants fast-food feraient faillite ». Par ailleurs, si tout le monde vivait comme moi, peut-être que je vivrais différemment…

    À plus!

    • Ca sonne plus « noble », mais c’est sur que c’est seulement une etiquette. Tant mieux si cela rassure certaines personnes. Étrangement, j’ai comme l’impression que les gens seraient moins réfractaire si on était des dot-com millionaires, ça sonne chanceux, et cela aussi c’est plus acceptables!

      Moi j’aime bien aussi que la vie soit composée de gens aux intérêts diversifiés. Ça donne au moins lieu à des possible discussions!

      Bonne semaine!

  2. J’adore l’histoire… je pense aux nobles autrefois qui, puisqu’ils avaient des gens qui travaillaient pour eux, avaient beaucoup de temps pour autre chose :
    les arts (poésie, musique, danse, musées…)
    la culture/l’éducation (philosophie, langues, astronomie…)
    l’horticulture
    les sports (chasse, l’escrime, tennis….)
    ce sont des exemples que si tu n’as plus besoin de trimer du matin au soir pour survivre, il y a quand même plein de choses à faire qui perdureront… Les grandes œuvres littéraires, musicales, d’ébénisterie, etc… n’auraient jamais excités s’il n’y avait pas eu des investisseurs

    • Excellent commentaire!

      C’est sur que les gens qui ont du temps et un peu d’inspiration peuvent au final faire des choses bien plus intéressantes que si ils doivent tout faire conformer leur projet aux directives précises de quelqu’un d’autre.

      C’est un peu pourquoi on vise à plus de liberté. Ça va nous permettre d’expérimenter et de pousser nos projets personnels de façon impossible autrement. On pourra également être nos propres mécènes!

  3. Mr Jack dit :

    J’ai passé beaucoup de temps à réfléchir à ces questions. Mon projet a débuté il y a une vingtaine d’années, j’ai eu amplement le temps 🙂 Mais je voulais être à l’aise avec mon choix.

    Je crois que ce que les gens croient derrière cette accusation, c’est que chaque citoyen devrait faire au mieux de ses moyens pour contribuer. Ne sommes-nous pas des contribuables? (d’ailleurs, il est assez ironique que le même genre de personnes qui nous traitent de parasites fiscal sont souvent les mêmes à utiliser la rhétorique libertarienne, l’objectivisme à la Ayn Rand, qui vantait justement les vertus des choix individuels, à la limite égoïstes).

    Dans ce monde, il y a toujours des forces un peu plus marginales. De cette soupe à idées émerge parfois des changements positifs adoptés par l’ensemble de la société. Nous sommes les cobayes volontaires d’une expérience plutôt inédite. Peut-être que ça n’apportera rien à la société, mais il est possible que ça soit le cas, ne serait-ce qu’une petite contribution. Ça pourrait être autre chose que la retraite anticipée, peut-être qu’avec plus de Riches Et Relax dans ce monde, un jour la société s’ajustera pour offrir autre chose que la même job dans un bureau pour toute une vie, quarante heures par semaine avec trois semaines de vacances annuelles.

    • Bonne réflexion!

      On est content de contribuer à la soupe d’idée!

      Évidement, il y a toujours moyen de faire plus pour contribuer. Mais de façon étrange les gens sont toujours plus rapides à pointer comment les autres pourraient contribuer davantage, plutôt qu’eux-mêmes! Alors on prends habituellement cela avec un gros grain de sel.

      Alors si on est en paix avec nos choix personnels, c’est déjà un bon début!

  4. Max Weber dit :

    Hello

    Perso, je n’ai plus aucun remord sur cette question. Mais c’est vrai que ça m’a bien fait réfléchir aussi.

    Je suis un investisseur, j’investis mon argent en prenant un risque calculé, j’aide l’économie à tourner et en échange je me constitue un patrimoine.

    “Si tout le monde faisait comme nous…” il y aurait plus d’argent pour soutenir de nouvelles entreprises. Le monde ne manque pas de nouvelles idées mais de financement pour les soutenir.

    Max Weber

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top