search
top

L’automne, le congélateur et vous

 

Il y a peu de moments dans l’année où les économies sont aussi alléchantes qu’à l’automne. Les champs débordes de produits frais, c’est donc le moment parfait pour faire provisions de denrées qui sont à leur meilleur en terme de qualité, de quantité et de prix.

 

Évidemment, les fruits et légumes congelés ne peuvent pas remplacer tous les produits frais, mais il suffit d’en faire l’essai pour se rendre compte que plusieurs fruits et légumes frais que l’on congèle soi-même sont meilleurs lorsque cuisiné que bien des fruits et légumes qu’on nous vend en épicerie durant la saison froide!

 

Il faut savoir que bien des légumes d’épicerie sont cueillis avant d’être mûrs et que les variétés que l’on nous vend sont sélectionnées davantage pour leur durée de vie en entrepôt que pour leur goût ou leur valeur nutritive. Sans parler des dommages environnementaux liés à la production et au transport de fruits et légumes de partout sur la planète. Le fait de profiter de l’abondance de l’automne est donc un exercice économique, écologique et gastronomique.

 

L’automne chez les Riche Relax

Chez les Riche Relax, les fins de semaines d’automne sont donc l’occasion parfaite pour se préparer pour l’hiver. Pour nous, cela découle d’abord d’un amour profond pour la cuisine et le bon goût des aliments préparés avec soin à la maison.

Mais avec le temps, on a bien vu que cela nous permettait aussi d’économiser gros!

Comme, en plus, notre jardin nous fournit toujours trop de certaines choses pour une consommation immédiate, ça vaut la peine d’apprendre comment transformer les fruits et légumes pour ne rien perdre et en profiter au maximum à l’année!

Voici donc 6 trucs pour économiser et très bien manger!

1 – Les poivrons

Piments rouges tranchés et congelésAcheter des poivrons en gros au marché local peut vous permettre d’économiser gros! L’hiver les poivrons verts et rouges se vendent entre 2 et 5$ la livre. Et si vous êtes comme nous, vous achetez des poivrons un peu tout au long de l’année. Pourtant, en quelques heures, c’est facile de couper et trancher une grande quantité de poivrons et de les congeler en sacs. On peut ensuite s’en servir sur la pizza, les nachos, dans les sautés de légumes, bref un peu partout!

 

En comptant une consommation de 1 lb de poivrons par semaine à 0.75$/livre au lieu de 3$/livres, c’est 117$ d’économie par année. Sur un horizon de 10 ans avec un rendement de 5%, le total monte à 1471.61$. Si vous êtes comme les Riche Relax et que c’est votre jardin qui vous fournit les légumes (presque) gratuit vous pouvez compter sur 1962.15$ d’économies sur le long-terme.

 

Pas pire pour des poivrons, non? Faites la même chose avec les zucchinis et vous serez doublement gagnant!

 

2 – Les tomates

Pyramide de pots de sauce tomateChez les Riche Relax, un met de choix, c’est la pizza. Il nous faut donc de la sauce tomate. Pour le reste, c’est simple, on a déjà les poivrons et des zucchinis prétranchés gracieuseté de notre jardin. On aime aussi manger des pâtes sauce tomate ou sauce rosée, des lazagnes et des cannellonis…on n’est pas Italien mais on n’a pas honte d’avoir adopté et adapté leur délicieuses recettes à notre goût! Bref, on a besoin de sauce tomate en quantité pour l’année.

 

Cette année on a acheté 50 lbs de tomates, pour 17$

 

 

Ceci nous a permis de confectionner :

  • 14 livres de sauce tomate
  • 8 cannes de tomates en dés de 750mL
  • 2 litres de pâte tomate, et
  • 2 litres de tomates confites

 

Petite précision…

Dans les faits, on a acheté 100lbs de tomates pour 34$ et on a continué la tradition de faire de la sauce avec un autre couple d’amis. C’est une belle occasion de se voir et de partager un beau moment productif ensemble.  Avec quatre personnes dans la cuisine on ne se pile pas sur les pieds et il y a suffisamment de bras pour laver, couper, bouillir et passer dans le moulin les tomates, stériliser et remplir les pots maçons et s’occuper des enfants. Ensuite, on divise le fruit de nos efforts selon les besoins de chacun et on se planifie un repas de pâtes sauce tomates pour célébrer notre bon travail et se revoir de nouveau. C’est une belle tradition!

 

– 14 litres de sauce tomate : 56$ d’économies (4$ par litre)

Assez savoureuse pour être mangée tel quel avec des pâtes, même si on aime bien y ajouter quelques légumes. Cette sauce remplace des pots achetés en commerce. Notre sauce est faite 100% de tomates locales, cueillis mures sur le plant et sans agents de conservation.

 

– 8 cannes de tomates en dés : 12$ (disons 1$ pour 500ml)

Pour les tomates en dés, on enlève la pelure et on coupe, rien de plus compliqué! Suffit de plonger les tomates 1 min dans l’eau bouillante et ensuite dans l’eau froide, la pelure s’enlève pratiquement toute seule par la suite. C’est simple, ça dépanne et on n’a plus besoin de passer dans l’allée des conserves à l’épicerie à chaque semaine.

 

– 2 litre de pâte de tomate: 12$ (0.60$ par 100 ml)

Pour la pâte de tomate, on fait simplement bouillir un partie de la sauce tomate quelques heures supplémentaire pour réduire le contenu en eau. On congèle en petit format dans des moules en silicone. C’est fort pratique pour cuisiner!

 

– 2 litres de tomates confites en tranches: 20$

On tranche en deux, on enlève le cœur. Puis on assaisonne avec huile d’olive, fines herbes du jardin, sel poivre. Puis on cuit à basse température quelques heures sur papier parchemin.

 

Au total…

Pour une demi-journée de cuisine, on produit pour environ 100$ de produits de la tomate. Si on soustrait le coût des tomates, on réalise tout de même 83$ d’économies par année grâce aux tomates.

 

La sauce en pots n’occupe pas de place dans le congélateur et avec les tomates en dés on évite les conserves de tomates pour l’année!  La pâte tomate est utile dans toutes sortes de plats d’hiver (chilis, soupes et compagnie) et les tomates confites maison sont utiles pour impressionner des invités de dernière minute ou pour s’offrir un repas maison, pas cher, qui n’a rien à envier aux assiettes des grandes tables gastronomiques.

 

3 – Les pommettes

Pommettes sur arbreNotre ville, Montréal, plante des arbres à fruits à certains endroits dans les parcs et même le long des rues. Les citoyens sont libres de les cueillir et c’est le cas dans bien d’autres villes à travers le monde. Les arbres à pommettes sont souvent plantés parce qu’elles résistent bien aux conditions climatiques de notre ville et leur floraison au printemps est spectaculaire. Ce choix de plantation urbaine nous offre une superbe occasion en début d’automne d’aller cueillir des pommettes en ville et d’en faire de la gelée de pommettes!

 

 

Avec les pommettes fournies gratuitement par la ville, on produit une délicieuse gelée de pommettes. C’est savoureux sur des rôties le matin ou ajouté dans un grilled-cheese sucré-salé. On estime que cette production vaut au moins 20$.

 

Cette année, on a même décidé d’expérimenter un peu, comme les pommettes sont pleines de pectines, on a utilisé une partie du jus de pommettes au lieu de la pectine commerciale nécessaire dans les autres gelées de petits fruits fait maison. Cela donne un savoureux mélange, et à rendu superflu l’achat de pectine. Ce qui diminue de moitié le coût de nos gelées maison! L’autre moitié du coût, c’est le sucre!

 

4 – Les raisins

Raisins_vigne_4248Pour le raisin, c’est notre chance, on a une belle vigne qui pousse fièrement depuis 35ans sur le terrain. Notre récolte rapide d’une petite partie de la production complète de la vigne est bonne pour une vingtaine de litres de jus de raisin, dont la moitié est transformée en gelée de raisin. Le jus est congelé pour être bu tout au long de l’hiver. (Pas très sucré, mais très concentré, c’est facile de le mélanger avec de l’eau, et du sucre au goût).

 

 

Même à 1$ le litre, j’évalue que j’en ai pour 20$ de jus.

Pour la gelée, je compte un bon 50$ de gelée de raisins pour l’année.

 

5 – Les pommes

Il est facile d’acheter des pommes déclassées au marché pour une fraction du prix. Soit 15$ pour 45 livres. C’est beaucoup moins que les meilleurs rabais en épicerie qui tournent autour de 4-5$ pour 5 lbs de pommes. Et ici on ne parle pas de pommes tombées par terre, mais simplement de pommes de taille ou de couleur légèrement différente qui ne respectent pas les règles – très strictes – pour avoir le privilège d’être vendues en sacs…

 

De notre côté on en fait du cidre maison. Avec un peu de pommettes dans le mélange et de sortes de pommes un peu plus dispendieuses on arrive à faire un excellent cidre qu’on n’a pas honte d’offrir en cadeau.

 

Les réelles économies ici sont plus difficiles à évaluer puisque l’on consomme probablement plus de cidre que si on ne le faisait pas nous même…Tout de même, on estime que notre cidre nous coûte environ 1.50$ le litre ce qui est très peu cher pour une boisson alcoolisé. En restant très conservateur, on peut compter sur une économie d’environ 50$ par tourie de 23 litres.

 

Si vous n’êtes pas des buveurs de cidre, vous pouvez toujours congeler des sacs de pommes en tranches pour des tartes et croustades hivernales.  Il y bien quelques dizaines de dollars en économies ici! Et avec le tout préparé d’avance vous pouvez avoir un dessert réconfortant en quelques minutes seulement, ça n’a pas de prix! Même si vous pouviez acheter des pommes à 4$ la livre pendant tout l’hiver, vous économisez au moins 21$ avec un sac de 45 lbs!

 

6 – Les citrouilles

Petites Citrouilles pêle-mêlesLa citrouille est super pour faire des gâteaux renversés, des tartes, mais aussi pour remplacer une partie des tomates dans la sauce spaghetti! On achète quelques citrouilles le lendemain de l’halloween et pour quelques dollars, on a des dizaines de litres de citrouilles à cuire pendant l’hiver. Un jour plus tôt et on nous les vend un prix de fou, un jour plus tard, il n’y en a plus sur le marché. Ici, il est important de prévoir le coup, sinon c’est tant pis, on attend l’année suivantes. Cette astuce vaut un autre 20$ d’économies.

 

Et voilà ! Sûrement quelques-uns de ces trucs sauront vous tenir occupés quelques après-midis de pluie. Et si vous êtes comme nous, c’est toujours un plaisir d’inviter des amis qui aiment cuisiner et d’en faire deux fois plus. Ça rend la chose agréable, et comme les journées refroidissent, cela réchauffe la maison de façon agréablement rentable.

 

 

Le total des économies automnales?

Voici les économies annuels que nous réalisons grâces à ces 6 astuces

  • Poivrons : 117$
  • Tomates: 83$
  • Gelée de pommettes: 20$
  • Jus et gelée de raisins: 70$
  • Cidre: 50$
  • Citrouilles: 20$

 

Cela nous donne 360 $ d’économies automnales!

Sur un horizon de 10 ans, à 5% de rendement ceci équivaut à plus de 4 528$ de plus dans votre compte pour faire ce qui vous chante.

 

Et ici on ne parle de ce qui sort de notre jardin! Seulement de produits achetés au marché, ou cueillis sur des terrains publics. Bon, mise à part les raisins, mais il y a d’autres fruits gratuits à cueillir pendant l’été, les amélanches sont parmi nos préférés, sinon vous pouvez vous rabattre sur les pommettes!

 

Évidemment il faut aimer cuisiner! Mais même si vous ne vous lancez pas dans la transformation extrême, vous pouvez bien choisir un item dans notre liste ou un de votre liste d’épicerie et tenter l’expérience vous-même, à plus petite échelle…

 

Et vous, faites-vous des conserves pour l’hiver ?

Simplement pour l’amour de la chose, ou aussi pour économiser ?

Est-ce une tradition familiale?

 

 

3 Responses to “L’automne, le congélateur et vous”

  1. Mr Jack dit :

    Je suis curieux, vous faites quoi dans l’immédiat avec les citrouilles?

    • Pour les citrouilles, on attend souvent au 1er Novembre pour aller acheter plusieurs citrouilles pas cher au marché.

      Je congèle la citrouille en gros cubes pour ajouter à la sauce spaghetti. Et aussi en lamelles pour faires des gâteaux renversés à la citrouille (avec sirop d’érable genre poudding chomeurs).

      On fait également de la tarte à la citrouille.

      Et je connais des gens qui font du ketchup à la citrouille, mais je n’ai jamais essayé d’en faire moi=même.

      Bref c’est assez polyvalent comme légume 🙂

  2. Je fais des marinades de concombres sucrés que je congèle! (car je déteste faire des conserves)

    Avec la citrouille, regardez sur le web, on peut faire de la « sauce aux prunes » pour les eggrolls, car en fait c’est fait de citrouille et non de prunes 😉 j’en fais une grosse batch par année que je congèle en sacs ensuite, c’est super bon.

    Je congèle aussi les cerises de terre qu’on ajoute aux muffins ou aux pains aux bananes. Je congèle du pesto fait avec le basilic du jardin, mais parce que les pignons de pins sont trop chers, je les fais avec des cashews non-salés et on ne voit pas la différence!! Du bon pesto maison en plein hiver c’est super bon! Et sur la pizza aussi 😉

top