search
top

Un fonds d’urgence en théorie…et en pratique

 

Au cours des dernières semaines, la famille Riche Relaxe a été confrontée à une crise bien réelle, mettant en jeu bien plus que le côté financier de notre existence.

 

Mme Riche Relaxe a dû être hospitalisée d’urgence et doit maintenant se remettre tranquillement de la chose. Rassurez-vous, elle est saine et sauve et ne devrait pas garder de séquelles de cette mésaventure. Mais elle devra tout de même avoir de l’aide pour s’occuper de Mini Riche Relaxe pour au moins 3 semaines, puisque lever des poids importants c’est interdit suite à toute intervention chirurgicale.

 

Évidement un tel événement porte à réfléchir! Cela a été entre autre pour nous l’occasion de revisiter le concept du fonds d’urgence…

 

La théorie

Lorsqu’on planifie nos finances, il est d’usage de prévoir un fonds d’urgence. De l’argent facilement accessible pour pallier aux imprévus de la vie.

Ici on ne parle pas de dépenses prévisibles, comme le remplacement éventuel d’une voiture vieillissante ou de la toiture qui atteint la fin de sa vie utile. Ces montants devraient déjà être prévus à votre budget annuel. Mais bien d’évènements imprévus comme le bris de moteur de votre voiture de 4 ans, une réparation majeure surprise à la fondation de votre maison ou encore une perte d’emploi!

 

Comment bâtir un fonds d’urgence

Constituer un fonds d’urgence comporte essentiellement trois étapes :

  • Établir la taille du fonds d’urgence
  • Accumuler les fonds requis
  • Investir et maintenir votre fonds d’urgence

 

1 – Établir la valeur du fonds d’urgence

Selon le consensus populaire, un fonds d’urgence devrait être suffisant pour subvenir à vos besoins essentiels et paiements récurrents fixes pour une période de 3 à 6 mois ou plus selon votre gestion du risque. Prévoyez pour plus long si vous jugez que vous aurez besoin de plus de temps pour palier à une perte d’emploi ou autre imprévu ou encore si vos sources revenus sont peu diversifiées.

 

Mais comment savoir à combien s’élève ce chiffre sans avoir fait, au moins une fois, un budget? C’est difficile! Donc, faire un budget est une sorte de prérequis, avant même d’entreprendre cet exercice.

 

2 – Accumuler les fonds

On en parle depuis plusieurs mois déjà. L’important c’est de commencer à économiser sans se priver et rapidement vous aurez plus de côté que la moyenne des gens pour pallier aux imprévus, quitter un emploi désagréable ou même prendre une retraite à la Riche Relaxe!

 

Selon le rapport La tenue d’un budget dans le ménage, publié par l’Institut de la statistique de la statistique du Québec, environ 12% de la population Québécoise n’est pas en mesure de payer une dépense inattendue de 5000$ (11% de la population Canadienne). Ce chiffre grimpe à 20% pour les ménages ayant un revenu de moins de 50 000$ par année.

 

En mettant de côté 100$ par semaine, il vous faudra moins d’un an pour mettre de côté 5000$.

Notez que je ne compte pas ici sur le pouvoir de l’intérêt composé parce que ces fonds doivent rester disponibles en tout temps.

 

3 – Investir et maintenir le fonds d’urgence

Comme je viens de le mentionner, cet argent doit être facilement accessible. C’est triste, mais cette flexibilité vient à un prix, celui de renoncer au rendement plus intéressant qui vient avec des placements à plus long terme ou des placements en bourse. Il y a par contre des stratégies pour limiter les pertes de revenus.

 

Les comptes bancaires à rendement élevé, offerts par presque toutes les institutions financières, sont un excellent moyen de mettre de l’argent de côté sans mettre votre capital à risque. Votre argent reste disponible et vous obtenez autour de 1% en rendement.

 

Autre option, pour ceux qui ne veulent pas dédoubler les comptes, est de conservez le solde minimum requis dans votre compte chèque pour éviter les frais bancaires. Cette approche fait en sorte que vous aurez qu’un seul compte à gérer et vous pouvez considérer les frais bancaires sauvés comme une sorte de rendement indirect.

 

Si vous optez pour une de ces deux options pour une partie de votre fonds d’urgence (disons pour un montant équivalent aux 3 premiers mois de dépenses) vous aurez alors le luxe de placer le reste dans un placement à terme ou dans un autre placement à légèrement plus haut risque/rendement, en sachant que vous n’aurez pas besoin de cet argent immédiatement, mais que ces fonds seront tout de même disponibles si jamais l’urgence en question nécessite le déboursement de fonds sur le plus long-terme.

 

Finalement, il est toujours important de réévaluer son fonds d’urgence. Est-ce que vos dépenses vont augmenter dans un futur proche? Est-ce qu’une récession importante à l’horizon risque de mettre votre emploi en péril? Est-ce que la diversification de vos revenus diminue votre niveau de risque?

 

Faut évaluer et prévoir ces sommes sérieusement mais toujours avec l’espoir de ne pas en avoir besoin.

 

Un fond d’urgence en théorie, c’est bon…mais en pratique, croyez-nous, c’est encore mieux!

Pendant qu’une crise se déroule, on découvre habituellement l’ampleur de la chose qu’en cours de route et on ne sait évidement pas comment cela va se terminer. Avec Mme Riche Relaxe à l’hospital et Mini Riche Relaxe en bandouillère, Mr Riche Relaxe a dû faire quelques recherches pour connaître ses options.

 

Congé d’urgence personnelle

Selon le site de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), pour la situation qui nous concerne, la loi prévoit le droit de prendre 10 jours par années sans salaire pour s’occuper de son enfant pour sa garde, son éducation, ou en raison de l’état de santé de son conjoint.  De plus, un employé qui compte 3 mois de service continu chez le même employeur peut s’absenter jusqu’à 12 semaines par année si, en raison d’un accident ou d »une maladie grave, sa présence est requise auprès de son conjoint ou son enfant.

 

Bref, M Riche Relaxe était prêt à prendre à sa charge les semaines nécessaires au prompt rétablissement de la famille Riche Relaxe.

 

Mais qu’en est-il de l’impact sur nos finances?

Heureusement pour nous, l’aspect financier n’a que peu pesé dans notre esprit. Premièrement, parce que c’est un aspect beaucoup moins important que la santé et le bien-être de tous les membres de la famille!  Deuxièmement, parce nos bonnes habitudes font en sorte que le côté financier est déjà couvert!

 

Notre fonds  d’urgence couvre plusieurs mois de perte de salaire et, comme nous visons l’indépendance financière, nous pourrions même nous permettre de prendre plusieurs années de congé si la situation le justifiait. Ceci retarderait notre projet de retraite permanente, mais en cas de force majeure, tout est permis!

 

Au final, le congé sera d’assez courte durée pour piger, en majeure partie, dans la banque de vacances de M Riche Relaxe sans affecter le revenu familial.

 

 

Ça fait quand même réfléchir!

Il a tenu à peu de choses pour que la situation entraine des conséquences plus graves.

 

On n’aime pas trop y penser, mais cette semaine aurait pu mener à une hospitalisation prolongée, des traitements non-couverts par les assurances, des séquelles limitant la mobilité ou exigeant des aménagements spéciaux ou pire encore la mort de Mme Riche Relaxe. Comment quantifier l’impact d’un décès soudain sur une famille? Comme j’ai dit, on n’aime pas trop y penser mais c’est mieux d’y penser un peu à l’avance, à tête reposée, que d’avoir à faire face à toutes ces questions en plein tourbillon émotionnel. Ajoutez à votre fonds d’urgence un testament clair et au moins vous aurez prévu le coup pour vos proches.

 

Comme on le répète souvent, la première priorité, c’est la santé. On était bien conscient de notre chance auparavant, mais nous le sommes d’autant plus encore maintenant. Même si les péripéties récentes s’alignent dans notre définition du pire, au final tout est bien qui finit bien (ouf!)

 

 

Doit-on remettre en question nos plans de retraite anticipée?

Pas du tout!  Les dernières semaines ont surtout servi de rappel que la vie est relativement courte. On redouble donc nos ardeurs pour s’assurer de pouvoir en profiter, en santé, le plus longtemps possible!

 

Comme on l’expliquais plus haut, même dans le contexte ou un événement malheureux remettrait notre indépendance financière en question, le fait de mettre plus de la moitié de notre revenu de côté constitue en soi un énorme coussin permettant de faire face à toute sortes de situations. Un fonds d’urgence ++ qui pourrait, dans le pire des cas, nous donner une dizaine d’années pour se remettre sur pied.

 

Et c’est bien la toute la force de l’approche Riche Relaxe face aux finances. Le but c’est de vivre en dessous de nos moyens, pour évacuer l’aspect financier au quotidien. On dépense peu, on maximise notre bien-être, et si tout va bien, on pourra se libérer de l’aspect travail obligatoire de notre vie d’ici quelques années!

 

Même si finalement on n’aura peut-être pas besoin d’avoir recours à des congés d’urgence personnel sans solde. La question de l’emploi aurait, dans notre cas, pu être rapidement reléguée au second plan. Monsieur Riche Relaxe, qui s’est occupé de Mini Riche Relaxe en l’absence de sa maman, ne s’est posé aucune question financière et a pu se concentrer sur le bien-être de ses proches. Au besoin, il aurait pu tout simplement prendre congé ou quitter son emploi si cela s’était avéré nécessaire.

 

Ceci nous rappelle que les calculs d’indépendance financière doivent aussi comporter une marge pour faire face à des dépenses extraordinaires une fois à la retraite. Mais, une fois à la retraite, un tel événement ne pourra que contraindre notre liberté dans nos loisirs ou activités post-retraite puisque nos revenus seront assurés par notre capital investi. Cet argent sera toujours aussi disponible, et ce peu importe notre capacité à travailler.

 

C’est pourquoi vaut mieux atteindre cette indépendance financière plus tôt que tard, parce que une fois que c’est fait… c’est fait! D’ici là, on court toujours je risque que quelque chose vienne retarder nos plans.  L’indépendance financière c’est donc aussi une sorte d’assurance invalidité à long terme. En souhaitant, bien sûr, que l’on puisse profiter pendant longtemps de notre retraite et continuer à gravir des montagnes comme bon nous semble!

 

Et vous, êtes-vous en mesure de faire face à une perte d’un ou deux sources de revenus pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois? Est-ce que l’idée d’un bris de voiture vous terrifie par manque d’un fonds d’urgence?

 

Pensez-y et prenez-soin de vous!

 

 

3 Responses to “Un fonds d’urgence en théorie…et en pratique”

  1. Nathalie dit :

    Prompt rétablissement à Mme Riche relaxe! Prenez bien soin de vous!

  2. Merci! Mme Riche Relaxe se remet bien, on a bien hâte qu’il ne reste que de mauvais souvenir!

  3. Andie dit :

    Ouf! Je suis désolée d’apprendre cette mésaventure. Prompt rétablissement à votre épouse.

    Je crois que vous mettez le doigt sur un problème auquel on ne pense pas souvent, celui d’une perte de salaire en cas de maladie. Avoir de bonnes assurances ainsi que des épargnes permet de faire face à des situations difficiles, si jamais vous deviez vous absenter du travail pour prendre soin d’un enfant ou d’un conjoint malade. Ce n’est pas d’être alarmiste, mais personne n’est à l’abri.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top