search
top

Quel est votre relation à l’argent? – L’histoire de l’autruche, du mulot, de l’écureuil et du paon

 

Lorsque nous parlons de notre exercice budgétaire, ou tout simplement de certains détails de nos dépenses, avec des amis, collègues ou membres de la famille étendue, la gamme de réactions est impressionnante. Preuve que la relation que les gens ont avec à l’argent est loin d’être universelle. Malgré cette diversité, il nous semble que la réaction initiale à de tels sujets s’apparente bien trop souvent à la surprise.

 

Pourtant nous vivons dans un monde qui roule à l’argent!

 

Nous avons tous des revenus et des dépenses à équilibrer, des choix budgétaires et financiers à faire…alors pourquoi se priver d’en parler? Comment se fait-il qu’il est considéré osé de parler d’argent? Dans cet article nous allons essayer de démystifier les causes de ce tabou et dans un prochain article, vous convaincre des avantages d’oser briser le silence!

 

À force d’essayer d’amener ce sujet sur la table avec toutes sortes de personnes dans notre entourage, nous avons déterminé qu’on peut classifier les gens et leur posture face à l’argent, grosso modo, en 4 types :

  • Les autruches
  • Les mulots
  • Les écureuils
  • Les paons

 

Les autruches – ceux qui ont peur

Il est assez facile de reconnaître les autruches. Ils ne veulent pas parler d’argent, vraiment pas! Ils admettent souvent qu’ils ne s’y connaissent pas en matière d’argent et qu’ils ne veulent pas en apprendre d’avantage. Ils préfèrent de loin se fermer les yeux et les oreilles tout en se croisant les doigts et en espérant que si ils ignorent leurs finances personnelles, en retour, leur finances personnelles les laisseront vivre leur vie tranquille.

 

Malheureusement, cette attitude fonctionne mal quand il est question d’argent. Pendant qu’ils sont dans le déni de l’affaire financière, les économies disparaissent, les dettes s’accumulent et leur profond sommeil est parfois brusquement interrompu par les créanciers qui viennent frapper à leurs portes. Ou moins dramatiquement, que soudainement la retraite approche, et qu’ils n’ont rien planifié! Lorsque les malheurs monétaires surviennent les autruches sont toujours prises par surprise et ils trouvent le tout injuste. Qu’ont-ils fait pour mériter un tel sort? Rien… Justement!

 

Tout ceci découle d’un cercle vicieux mis en marche par la peur.

 

Les autruches ont peur de l’argent comme d’un dangereux prédateur. Ils pensent qu’en évitant de croiser cet horrible adversaire qu’ils seront à l’abri. Mais dans notre monde capitaliste, personne n’y échappe. L’argent est monnaie courante!

 

La peur motive bien des comportements face à l’argent.

Pas besoin de cacher tout son argent sous son matelas pour être autruche! Bien au contraire, plusieurs individus de cette catégorie se distancent de l’argent en laissant d’autres gérer leurs finances personnelles. C’est souvent la peur qui sous-tend une confiance sans borne dans les dires de planificateurs et conseillers financiers… qui ont parfois plus ou moins à coeur les intérêts de leurs clients. Les autruches sont rassurés de faire affaire avec des experts, mais est-ce que leur conseillers sont vraiment des experts? Est-ce qu’ils sont payés à commission pour vous vendre des produits particuliers (Où leur comission est plus importante que votre rendement) ? Est-ce qu’ils promettent des rendements incroyables qui ne sont que rarement au rendez-vous?

 

Pas besoin d’être autruche à temps plein.

Soyons honnête, nous sommes tous tentés de jouer à l’autruche de temps à autre. C’est bien plus facile que de s’impliquer activement dans toutes les décisions financières… Pensez-y à chaque fois que vous signez des papiers à la banque sans les lire, que vous investissez selon un conseil sans faire vos propres recherches ou encore que vous vous demandez si vous aller pouvoir prendre votre retraite un jour… sans connnaitre vos soldes en banque et sans bien maîtriser votre budget! Ce sont tous des signes que vous vous déresponsabilisez par rapport à vos finances. À chaque fois que vous agissez en autruche, c’est comme de laisser un étranger prendre le volant de la voiture qui vous conduit vers votre futur financier. Et s’ils prennent un mauvais virage? Vous serez sans doute retardé dans vos plans, forcé de faire des détours, et c’est vous qui allez en subir les conséquences!

 

Vous vous reconnaissez? Un peu, beaucoup, pas du tout?

 

 

Les mulots – ceux qui ont honte

Si vous parlez de finances personnelles à un mulot, il va fort probablement tenter de changer de sujet ou de justifier ses décisions financières antérieures. Les mulots ne sont pas dans le déni, ils savent bien que leur gestion financière pourrait être meilleure. Le mulot moyen sera ou bien gêné d’en discuter ouvertement, ou prendra une position défensive, avançant une multitude de raisons pour lesquelles il n’a pas pu s’attarder davantage à ses finances, ou pour lesquelles il a pris de mauvaises décisions par le passé :

  • Trop de travail
  • Jeunes enfants
  • Mauvais conseils
  • Manque de connaissances…

 

Essentiellement, toutes les excuses tournent autour du fait de manquer de temps ou de confiance dans leurs propres compétences. Mais si les mulots prenaient un peu de temps pour s’informer et optimiser leurs finances, ils pourraient, assez rapidement, se bâtir un fond d’urgence et même un portefeuille suffisant pour se permettre de prendre une retraite anticipée.

 

C’est du temps, oui, mais c’est du temps bien investi, n’est-ce pas?

 

Vous avez peut-être deviné en lisant qu’il y a en fait deux sortes de mulots :

  • ceux qui manquent d’expérience, et
  • ceux qui ont eu de mauvaises expériences financières

 

Pour les plus jeunes (ou des autruches ayant récemment levé la tête hors de terre) c’est une question d’apprentissage. Mais pour les plus expérimentés, c’est beaucoup une question de réapprendre à se faire confiance. D’une façon ou d’une autre la barrière entre mulot et écureuil est plus psychologique que physique ou même monétaire. Certains mulots s’en portent même plutôt bien d’un point de vue pécunier… mais sans avoir la tranquilité d’esprit qui vient avec le fait de se sentir en contrôle de son portefeuille… Il y a donc des mulots pauvres et des mulots riches, mais point de mulots Riche et Relax.

 

Peu importe si vous avez affaire à un jeune qui a honte de ne pas en savoir assez ou d’un vétéran qui est sur la défensive par rapport à ses choix, ce n’est pas un public facile d’approche… Mais, parfois il est possible, avec un discours encourageant, de faire sortir un mulot, qui rêve d’avoir plus de temps et de confiance, de son confortable terrier. C’est un beau moment! Soudainement les questions abondent! Les plus curieux veulent savoir comment optimiser leur budget, comment économiser sur l’épicerie, comment éviter de payer des frais bancaires, et surtout, comment investir! C’est un mulot qui se transforme en écureuil!

 

Bon, c’est moins poétique qu’une chenille qui se transforme en papillon, mais vous comprenez le concept.

 

 

Les écureuils – ceux qui optimisent

Ces personnes se posent toutes ces questions depuis bien longtemps. Ils sont une source inépuisable d’information, d’outils et de bons conseils et ils sont toujours à la recherche d’une nouvelle façon d’améliorer leur sort.

 

Si vous lisez ce blogue de manière assidu vous êtes probablement déjà membre de ce club d’optimisateurs.

 

Vous voulez améliorer votre propre performance financière?

Trouvez-vous une bande d’écureuils avec qui échanger! En plus d’être de bons conseils ils sauront surement vous proposer une panoplie d’activités amusantes, à faire en groupe, qui ne coûtent pas cher. Ça vous fera un réseau d’amis qui ne sont pas offusqués par votre franc parlé financier, et même que le fait que vous ameniez ce sujet sur la table leur fera réellement plaisir!

 

Mais les écureuils ne sont pas toujours faciles à repérer à prime abord.

Malgré le fait qu’ils veulent, eux aussi, célébrer leurs bons coups, et de vous éviter de tomber dans des pièges financiers, ce ne sont pas tous les écureuils qui sont prêts à amorcer de telles conversations avec leurs proches. En général, ils travaillent fort, dans l’ombre, sans se plaindre et sans se vanter de leurs accomplissements. C’est la raison pour laquelle nous sommes parfois surpris de découvrir l’esprit écureuil chez des personnes insoupçonnées, et c’est souvent ceux qui se font les plus discrets qui sont les plus astucieux en matière d’accumulation de richesse.

 

Alors osez parler d’argent! Qui sait vous trouverez peut-être un grand ami, un grand amour ou un grand mentor!

 

Attention! Même les écureuils doivent se soucier de leur équilibre!

C’est bien d’être écureuil mais il faut veiller à ne pas tomber dans l’optimisation extrême. Nous connaissons tous des écureuils qui empilent à outrance. Qui se privent de belles expériences de vie sous prétexte que ça leur coûte trop cher. On peut, entre écureuils, s’entendre sur le fait que vaut mieux éviter les achats qui coûtent plus cher que ce qu’il nous rapportent. Mais de là à se priver de découvrir le monde, de visiter des amis ou de faire la fête pour célébrer un accomplissement…non!  On est prêt à échanger de l’argent pour de bons souvenirs. Souvent les luxes qu’on se paye sont intangibles. Vous ne pouvez pas voir qu’on a passé un super bel été à rire en famille et entre amis, mais c’est ce qui compte pour nous. Pour les paons c’est tout autre chose!

 

 

Les paons – ceux qui se vantent

Tout le monde le sait, les paons sont des vantards. Ils veulent à tout prix que vous voyez à quel point ils sont beaux, forts ou tout simplement supérieur. Ils ne seront pas gênés de vous parler en long et en large de leurs accomplissements. Ils sont aussi prêts à vous en mettre plein la vue : des bijoux, des voitures, des grandes maisons… Mais avec toutes ces dépenses est-ce qu’ils sont vraiment riches? Est-ce qu’ils sont réellement heureux?

 

Ça dépend. Il y a essentiellement deux sortes de paons :

  • ceux qui ont mérité leur plumes, et
  • ceux qui les portent en déguisement.

 

La première sorte est assez rare, elle regroupe les personnes pour qui le coût de tous ces objets d’apparat ne représente qu’une faction insignifiante de leurs avoirs. C’est parfois le cas de grandes célébrités, mais quand on regarde la liste des personnes les plus riches au monde, on constate que la plus part sont plus écureuil que paon. On ne voit pas Bill Gates ou Warren Buffet se promener avec des symboles ostentatoires de surconsommation. Oui, ils se payent des luxes, mais ce n’est pas dans le but d’épater la galerie. Souvent ils choisissent des biens qui valent plus cher à cause de leur qualité et non leur pouvoir d’impressionner.

 

Les faux paons sont malheureusement plus nombreux. Plusieurs vont jusqu’à s’endetter pour maintenir l’illusion de richesse en croyant que leur statut social en dépend. C’est une parade qui coûte cher, surtout pour des mulots qui tentent de masquer leur honte derrière un plumage incomplet, en mettant de l’avant quelques bons coups en laissant présager que tout le reste de leurs affaires vont aussi bien. C’est un jeu fort dangereux tant au niveau financier que psychologique. C’est monétairement et physiquement épuisant de jouer un tel rôle! Essayez de courrir ou de sauter avec tout ce poids en plumes qui ne servent à rien!

 

Encore une fois, il faut rester vigilant, nous pouvons tous être tenté de se déguiser en paon. Pour une soirée, ça peut aller, mais il ne faut pas que ce petit voyage dans le pays des riches nous entraine vers un mode de vie trop onéreux à maintenir.  Surtout quand on peut vivre encore plus heureux en se satisfaisant de ce qu’on a au lieu d’être perpétuellement à la recherche de mieux.

 

 

Alors quelle est la morale de toute cette histoire?

Nos décisions sont motivées par toutes sortes d’émotions et de besoins fondamentalement humains, plus ou moins rationnels. La peur, la honte, le désir d’appartenance… C’est tout à fait normal. Nous ne sommes pas des robots. Justement, nous avons la capacité extraordinaire de pouvoir prendre conscience de ce qui nous pousse à agir d’une façon plus ou moins financièrement responsable. À partir du moment où on prend la responsabilité de nos décisions, la porte vers l’amélioration continue s’ouvre bien grande!

 

Alors pourquoi rester dans son coin avec ses craintes, ses incertitudes quand nous jonglons tous avec les mêmes questions. Soyez le héros de votre entourage et osez briser le tabou!

2 Responses to “Quel est votre relation à l’argent? – L’histoire de l’autruche, du mulot, de l’écureuil et du paon”

  1. Mr. Jack dit :

    Maître paon sur une roche perché, tenait en son bec un fromage
    Ce fromage pue, dit l’autruche, se cognant sur la roche, c’est dommage!
    Il est peut-être très bon, dit le mulot, qu’en sais-je?
    L’écureuil retourna vers son cheddar vieilli, que patiemment il protège.

top